Votre publicité ici avec IMPACT_medias

En sursis, McLaren défiera Ferrari à Monza

Le Grand Prix d'Italie aura lieu demain à Monza, sur le circuit le plus rapide de la saison. Plusieurs duels programmés, y compris à l'intérieur des écuries McLaren et Ferrari. McLaren-Mercedes, sous la menace d'une sanction de la FIA, défiera demain Ferrari sur ses terres lors du GP d'Italie à Monza. Un circuit où aucun des quatre prétendants - les coéquipiers ennemis Alonso et Hamilton comme les rivaux Raikkonen et Massa - n'a jamais triomphé. C'est dans ce temple de la vitesse que se court le GP plus rapide de la saison: record de la pole la plus rapide signé par Montoya en 2002 à la moyenne de 259,827 km/h et GP le plus rapide de l'histoire remporté en 2003 par Michael Schumacher à la moyenne de 247,585 km/h.

08 sept. 2007, 12:00

Dans l'antre de Ferrari, incandescent de tifosi, dans la centrifugeuse de la Parabolica qui extrait du cerveau toute l'adrénaline qu'il peut produire - «On y ressent le sentiment de risque, car la voiture est très légère en appui», explique Fernando Alonso -, la motivation sera facile à trouver. «Monza n'est pas simplement une autre course de la saison», confie l'Espagnol, qui a dominé les deuxièmes essais libres devant Hamilton. Le double champion du monde n'a jamais gagné sur l'Autodromo Nazionale. Mais dans le contexte actuel, le prestige de la victoire ne serait rien à côté de la satisfaction de battre son jeune coéquipier, tant la rivalité entre les deux pilotes est exacerbée.

Et leur équipe McLaren-Mercedes, bien que leader du plateau, a du mal à travailler dans la sérénité. Les nerfs de Ron Dennis et de ses hommes sont rongés par la menace d'exclusion du championnat pour l'affaire d'espionnage visant Ferrari.

Le 13 septembre, en effet, Ron Dennis comparaîtra une nouvelle fois devant la FIA. Non pas comme prévu devant la Cour d'appel internationale, mais dans le cadre d'une nouvelle réunion extraordinaire du Conseil mondial, après que «de nouveaux éléments» eurent apporté un éclairage supplémentaire sur l'affaire. Le Conseil mondial du 26 juillet avait refusé de sanctionner l'équipe germano-britannique tout en la reconnaissant coupable d'avoir eu connaissance de documents concernant la Ferrari F2007 de Kimi Räikkönen et Felipe Massa, mais avait souligné que si des éléments nouveaux prouvaient que l'écurie avait pu tirer profit de ces informations, elle encourait une exclusion du championnat actuel et du championnat 2008!

Les pilotes Ferrari pourront peut-être profiter d'une éventuelle nervosité chez leurs adversaires, qui ont dominé les essais privés la semaine dernière sur ce tracé nécessitant une aérodynamique spécifique avec le minimum d'appui. Cette configuration favorise la vitesse de pointe dans les longues lignes droites, mais rend les monoplaces instables aux freinages. «Ralentir les voitures est difficile et l'équilibre au freinage est la clé», reconnaît Hamilton.

Dans son fief, la Scuderia se doit de tenir son rang. Raikkonen et Massa ont la lourde tâche de devoir succéder à Michael Schumacher, septuple champion du monde, vainqueur à Monza l'an dernier pour la cinquième fois quelques minutes seulement avant d'annoncer sa retraite. / si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias