Devant une belle chambrée, les M17 se prennent une fessée

Et un, et deux, et trois... et quatre à zéro! L'équipe de France des moins de 17 ans n'a fait qu'une bouchée de son homologue helvétique. Au terme de ce duel amical, les organisateurs avaient la banane. Les garçons d'Yves Débonnaire nettement moins. La Fin des Fourches a pris des allures de Stade de France, hier au soir. Outre la large victoire de nos voisins, qui fait rappeler celle de la sélection tricolore face au Brésil en finale de la Coupe du monde 1998, les talus bordant l'antre du FC Saint-Imier étaient copieusement garnis. Certes, ils n'affichaient pas complet. Toujours est-il que les organisateurs de ce rendez-vous international ont estimé l'affluence à 2000 spectateurs. C'est deux fois plus que l'affluence escomptée.

03 oct. 2007, 12:00

«C'est fantastique, je ne peux que me montrer entièrement satisfait», souriait Philippe Roulin. Le président du FCSI, visiblement comblé, se félicitait d'une organisation «parfaite». Par contre, comme tout le monde, il ne pouvait que se montrer «déçu» du résultat.

Yves Débonnaire, même s'il ne faisait pas un drame de ce large revers, a eu ces mots au terme d'un revers cinglant: «Ce n'est pas si grave. Mais contre un adversaire comme cette équipe de France, on ne peut pas rater un penalty alors que le score est de 0-0. Et on ne peut pas lui offrir les deux premiers buts.» Plus loin: «Au niveau de l'engagement, je suis en droit d'attendre nettement plus de la part de certains. Ce soir, c'était du foot de niveau international, pas national.»

Si Zuber n'avait pas échoué dans son face-à-face avec l'excellent gardien Mfa Mezui à la 17e, la physionomie de la partie aurait peut-être changé. Mais avec des «si», on met Paris en bouteille. Les «Bleuets», en plus de ce raté de l'attaquant de GC, ont accueilli à bras ouverts le cadeau de Lang à l'occasion de l'ouverture du score signée Tafer (28e).

A l'issue de cette première mi-temps disputée sur 40 minutes, les Suisses auraient pu prétendre rentrer aux vestiaires avec un but inscrit. L'ennui est que Mehmedi (21e, tir repoussé par Mfa Mezui) et Xhaka (tête trop enlevée sur le troisième coup de coin tiré par la Suisse) ont manqué le coche.

En seconde période, un coup franc somptueux de Fofana (48e), un penalty transformé par Grenier (67e) et un contre parachevé par Tafer (79e) renvoyaient les Suisses à leurs études. Des Suisses nettement moins entreprenants après le thé. Bref, il n'y a pas eu photo. «Les Français sont plus forts physiquement et techniquement, ainsi qu'au niveau du pressing et de l'engagement», reprennait le sélectionneur helvétique. Il y aura du pain sur la planche avant le second match contre l'équipe tricolore, prévu demain à Mervelier. «Bon, ça ne sert à rien de stresser et de vouloir tout chambouler. Ce n'est pas en deux jours que nous allons trouver les remèdes miracles. Reste que j'avais dit, au terme d'une victoire 6-2 contre la Slovénie en août, que si l'on jouait comme ça contre la France, on se prendrait une seille.»

Il avait vu juste, le technicien vaudois. Dommage pour le public imérien. / FLO

SUISSE M17 - FRANCE M17 0-4 (01) Fin-des-Fourches, Saint-Imier: 2000 spectateurs. Arbitre: M. Klossner (S). Buts: 29e Tafer 0-1. 47e Fofana 0-2. 66e Grenier (penalty) 0-3. 79e Tafer 0-4. Suisse M17: Bukovski (Zurich); Frey (Thoune), Lang (Saint-Gall), Koch (Zurich); Sabedini (Zurich), 60e Moutinho (Etoile Carouge); Xhaka (Thoune), Ukoh (Young Boys); Mihajlovic (AC Lugano), 41e Aratore (Bâle), Mehmedi (Zurich), Zuber (Grasshopper), 60e Rebronja (Young Boys). France M17: Mfa Mezui (80e Zelazny); Nego, Faure, Kanoute, Kolodziecziak; Damour, Fofana; Bourgeois (73e Diakite), Grenier, Salibur (68e Ihou); Tafer. Notes: le match est disputé en 2 x 40 minutes. Penalty de Zuber détourné par Mfa Mezui (17e). Avertissement à Koch (70e, jeu dur). Coups de coin: 4-3 (4-1).