Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Un pour tous, tous pour Cancellara

La Suisse partira demain à l'assaut du titre mondial sur ses routes. «Un pour tous, tous pour Cancellara» sera le cri de guerre helvétique. L'incroyable doublé est-il à la portée de «Spartacus»? Le champion bernois y croît à fond!

26 sept. 2009, 10:34

Le ciel gronde sur le Tessin et Fabian Cancellara lève les yeux. «J'espère que mon troisième titre mondial en contre-la-montre a résonné comme ce coup de tonnerre», rigole le Bernois. Rayonnant, jovial, disponible et, surtout, très en forme, Fabian Cancellara ne craint personne. «Je signe tout de suite pour un doublé mondial. Les favoris ne gagnent pas toujours à la loterie. Il faut savoir jouer d'autres cartes si besoin.»

L'«autre carte» de la Suisse sera Michael Albasini, joker tout désigné sur un terrain qu'il apprécie. Mais, le Thurgovien et les autres coureurs de la sélection nationale seront au service de leur champion et leader. «Nous ferons tout pour amener Fabian dans les meilleures dispositions possibles dans le final», résume Oliver Zaugg. «Je tenterai de me glisser dans une échappée au début afin de faire travailler les autres équipes ou de boucher les trous pour Fabian si besoin», reprend Rubens Bertogliati.

«Nous ne sommes pas les favoris, nous ne pouvons pas partir à l'attaque seuls», analyse René Savary, le sélectionneur national. «Il faudra observer les grandes équipes et utiliser les conditions de course en notre faveur. Nous faisons partie des outsiders avec notre équipe de six coureurs. A nous de savoir en tirer profit devant notre public.»

En pleine confiance, Fabian Cancellara se dit prêt à tout. «Je crois en mes possibilités et les choses peuvent tourner en ma faveur lorsque je suis dans cette disposition», postule le Bernois. «Ce sera à moi de démontrer que je suis le plus fort dans les moments décisifs. Lors de la course en ligne des JO, je n'ai pas cru en mes chances de victoire. C'est peut-être pour ça que je n'ai terminé que troisième (réd: deuxième lorsque la médaille de Rebellin sera réattribuée).»

Si le triple champion du monde du chrono devait miser deux billets de 100 francs, sur qui miserait-il le deuxième? «Sur moi, comme ça j'enlèverais le jackpot», rigole-t-il. «Pour moi, la journée de dimanche peut être historique. Je sens que tout le monde attend beaucoup de moi. C'est une opportunité unique de triompher sur mes routes. Cette pression me motive, me transcende. Il faudra tout faire pour être présent dans le final. Après, ce sera à moi de jouer ma chance à fond.»

Fabian Cancellara est peut-être face à l'un de ses plus gros défis. «Le fait d'avoir remporté d'autres courses en ligne me donne confiance», avoue le vainqueur de Milan-San Remo (2008) et de Paris-Roubaix (2006). «Je suis heureux, j'ai envie de courir. Pour moi, tout est possible.» Même l'impossible? /JCE

Votre publicité ici avec IMPACT_medias