Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Tour de Romandie: Michael Albasini magistral à Porrentruy

Magistral! Tout simplement, Michael Albasini est magistral. Le Thurgovien enfile les victoires d'étape comme des perles sur un collier au Tour de Romandie. Après son succès mercredi à Saint-Imier, il a remis ça ce jeudi à Porrentruy. Il conserve et consolide son maillot jaune.

01 mai 2015, 07:08
02148713

«Après le travail abattu par mes coéquipiers durant la première partie de cette étape, j’étais presque obligé de gagner», relevait Michael Albasini après avoir levé pour la cinquième fois les bras en deux ans sur cette Boucle romande.

Dans le livre des records du TdR, l’inarrêtable Thurgovien égale des coureurs tels que Felice Gimondi, Giuseppe Saronni, Urs Freuler, Laurent Dufaux et Pascal Richard. Le record de douze bouquets détenus par Marco Cipollini est encore loin, mais il peut atteindre les huit des Suisses Ferdi Kubler et Hugo Koblet. Des sacrées légendes.

«Je ne cours pas pour l’histoire», glisse Michael Albasini. «Peut-être que j’accorderai plus d’importance à cela lorsque j’aurai 50 ans. Pour l’instant, je fais mon métier et j’essaie de gagner, ce qui n’est jamais facile dans une épreuve World Tour.» Les apparences sont trompeuses tant il a laissé une impression de facilité en Ajoie.

Sur des parcours comme celui de cette troisième étape, il devient difficile de battre Michael Albasini. «Le point clé de cette étape était de parvenir à franchir les premières ascensions avec les meilleurs», explique «monsieur Tour de Romandie». «Avec tous les bons coureurs présents, ce n’était pas évident. Ensuite, j’étais plus confiant pour aller chercher la victoire.» Simple et désarmant.

Pilote de luxe

Lorsque les échappés ont été repris, une course de mouvement ultrarapide et chaotique, marquée par les attaques de Nibali et Quintana, a favorisé les desseins du roublard Albasini. Dans le final, le Thurgovien a été lancé par Simon Gerrans, en personne. «Quand on a un vainqueur de Milan San Remo et de Liège-Bastogne-Liège comme pilote, on ne peut pas manquer la victoire», glisse Michael Albasini. «Après le dernier virage menant vers l’arrivée, j’ai réalisé le sprint parfait.»

Dans ce final en faux plat montant, le leader du Tour de Romandie s’est montré imbattable. Julian Alaphilippe, deuxième à la Flèche Wallonne et à Liège-Bastogne-Liège cette année, n’a rien pu faire. Michael Albasini s’est imposé avec deux grosses longueurs d’avance sur le Français (troisième à Saint-Imier). «Nous sommes montés sur le podium ensemble pour la troisième fois et nous logeons au même hôtel, je pense que nous allons partager le champagne ce soir», rigolait le Suisse.

Jaune solide

Ce 25e succès de sa carrière confirme que ce coureur racé fait partie des meilleurs cyclistes de sa génération. Et pas seulement en Suisse. Il ne lui manque plus qu’une grande Classique à son palmarès. Troisième la semaine dernière et deuxième en 2012 sur la Flèche Wallonne, il n’en est pas loin. «C’est plus difficile pour moi de gagner sur ce genre d’épreuves car il y a plus de dénivelé et j’ai de la peine à rivaliser avec des purs grimpeurs», relève-t-il. «Je suis plutôt un puncheur et je peux surtout m’exprimer sur des bosses plus courtes.» Comme jeudi à Porrentruy où il a encore fait étalage de toute sa classe.

Donc, pour la suite, aujourd’hui à Fribourg, Michael Albasini fait de nouveau figure de favori, comme l’année passée dans cette cité. «Je n’y pense pas encore. Je vais d’abord savourer et fêter ce nouveau succès avec mon équipe. Je suis déjà très content de ce nouveau succès. On verra vendredi matin comme nous allons nous y prendre pour tenter de gagner à nouveau», conclut-il.

Une chose est certaine, avec 20 secondes d’avance sur ses coéquipiers Santaromita et Yates, ainsi que Froome, le Suisse devrait encore conserver son maillot jaune avant l’étape de montagne de samedi. 

Votre publicité ici avec IMPACT_medias