Michael Albasini s'impose au sprint à Sion

Le Suisse Michael Albasini s'est imposé au sprint lors de la première étape du Tour de Romandie à Sion.
30 avr. 2014, 17:37
Le Suisse Michael Albasini s'est imposé à Sion au sprint lors de la première étape du Tour de Romandie ce mercredi.

 Michael Albasini a mis fin à une longue disette suisse sur le Tour de Romandie. Vainqueur de la 1ère étape à Sion, le Thurgovien est devenu le premier coureur helvétique à remporter une étape sur la boucle romande depuis 10 ans. Il fallait remonter à l'édition 2004 pour retrouver des succès suisses, ceux de Fabian Jeker (déjà à Sion !) et d'Alexandre Moos (à Morgins).

Depuis, plusieurs coureurs locaux avaient tenté de renouer avec la victoire mais sans succès, à l'image d'Albasini lui-même. Le coureur de l'équipe Orica GreenEdgde est en effet un habitué aux places d'honneur sur le Tour de Romandie (une fois 2e, deux fois 3e).

Pour remporter ce premier succès mérité, le Thurgovien de 33 ans s'est imposé au sprint à l'issue d'une étape amputée de ses 115 km initiaux, les organisateurs ayant déplacé le départ d'Ascona à Brigue afin de ne pas affronter la neige au col du Simplon. Sur la ligne, il a devancé l'Espagnol Jesus Herrarda Lopez et le Lituanien Ramunas Navardauskas.

Vainqueur la veille du prologue à Ascona, le Polonais Michal Kwiatkowski (Omega Pharma) a conservé le maillot jaune, avec désormais cinq secondes d'avance sur Albasini.

Outre la victoire d'Albasini, cette étape a été marquée par le joli numéro de Vincenzo Nibali. Parmi les grands favoris de ce Tour de Romandie, l'Italien s'est détaché dans la descente entre Lens et Sion à 18 km de l'arrivée, lui qui excelle dans ce genre d'exercice. Et même si le vainqueur du dernier Giro a été repris dans le dernier kilomètre, il a confirmé qu'il n'était pas venu sur ce Tour de Romandie pour faire de la figuration.

Trois autres Suisses se sont mis en évidence mercredi. Partis dès le quatrième kilomètre en compagnie du Belge Boris Vallee, le Thurgovien Reto Hollenstein (IAM) et le néo-professionnel argovien Silvan Dillier (BMC) ont compté jusqu'à trois minutes d'avance. Ils ont toutefois été repris dans la montée vers Lens, à 25 km de l'arrivée. En fin de cette même ascension, qui constituait la seule difficulté de la journée, c'est Johann Tschopp (IAM) qui a porté une attaque pour franchir en tête cette côte classée en 2e catégorie. Le Valaisan n'a toutefois pas poursuivi son effort dans la descente.

Jeudi, les spécialistes du sprint trouveront à nouveau un terrain propice entre Sion et Montreux. Longue de 166,5 km, cette 2e étape ne présente aucune difficulté majeure, de quoi augurer une arrivée massive sur la Riviera vaudoise.