Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Damien Monier ouvre son palmarès au Giro

Le Français Damien Monier (27 ans) a ouvert son palmarès professionnel dans le Giro à Peio Terme, où il a remporté la 17e étape après une échappée. L'Espagnol David Arroyo a conservé son maillot rose à quatre jours de l'arrivée à Vérone.

27 mai 2010, 11:34

Près de dix minutes avant l'arrivée d'Arroyo, et de ses adversaires regroupés dans le peloton, Monier s'est offert pour la première fois le plaisir de lever les bras. Avant de s'asseoir sur la chaussée de cette station thermale de montagne, accessible par une montée de 3 km.

Monier, au passé de pistard (double champion de France de poursuite), s'est montré le plus fort sur cette pente. Dès le pied de cette courte ascension, il a distancé ses derniers compagnons d'échappée, l'Allemand Danilo Hondo et le Néerlandais Steven Kruijswijk, rescapés d'un groupe de 19 coureurs lancé après une heure de course.

Dans ce groupe qui comprenait un de ses coéquipiers (Duque), Monier a eu le flair de «sentir le bon coup» à moins de 15 km de l'arrivée. Puis de trouver les ressources pour porter le coup décisif: «Je me suis dit qu'il fallait attaquer en premier.» Le Français a enfin touché le fruit de sept années de formation parfois difficiles. Il a été repéré par l'ancien PDG de Cofidis, François Migraine, avant même son titre de champion de France du contre-la-montre espoirs.

Dès 2004, Monier a appris son métier de coureur pro. Loin de la scène médiatisée du Tour de France, il a disputé deux Vuelta et un Giro, et a progressé doucement. Jusqu'à ce Giro pour lequel il n'a été retenu que dans les jours précédant le départ, après le forfait de l'un de ses coéquipiers.

Déjà présent dans l'échappée de l'étape d'Asolo samedi dernier, l'Auvergnat a signé à Peio Terme le deuxième succès français après celui de Jérôme Pineau à Novi Ligure (5e étape). En un seul Giro, le cyclisme français a fait mieux qu'en dix années réunies sur la course italienne! Le Vaudois Danilo Wyss figurait dans l'échappée qui s'est ensuite divisée en petits groupes. Il a rallié l'arrivée à la 16e place, à 3'28.

Les favoris auront encore une journée tranquille aujourd'hui entre Levico Terme et Brescia (140 km) avant de s'expliquer dans la haute montagne. L'issue de l'épreuve reste indécise et Ivan Basso a souri devant les hypothèses: «Vous me dites que je n'ai pas les faveurs des pronostics? ça m'arrange!» /si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias