Championne olympique en titre, Tanja Frieden se retire

03 févr. 2010, 16:08

L'annonce fait mal. Clouée dans une chaise roulante, Tanja Frieden a pris son courage à deux mains pour faire part à la presse, réunie hier à la clinique Hirslanden de Zurich, de sa décision de mettre un terme à sa carrière sportive.

A bientôt 34 ans, la spécialiste de boardercross n'a pas eu d'autre choix. Blessée aux deux tendons d'Achille (déchirures) ainsi qu'à l'épaule gauche lors d'une chute dans l'épreuve de Coupe du monde de Stoneham (Can), Frieden a été opérée samedi. La Bernoise devra patienter neuf mois afin de récupérer totalement.

«Je n'avais jamais imaginé que j'arrêterais avant les Jeux de Vancouver», a déclaré d'une voix étonnamment calme la championne olympique en titre. «Mais c'est ainsi», a-t-elle ajouté, résignée. «On ne peut plus rien y changer.»

Vissée sur une planche depuis l'âge de 13 ans, Frieden a débuté en Coupe du monde en 1996. Ses presque 14 saisons au plus haut niveau lui ont apporté une victoire (en 2005 à Sierra Nevada) ainsi que neuf podiums.

Le point culminant de sa carrière restera sa médaille d'or glanée à Turin. Le 17 février 2006 à Bardonnèche, Tanja Frieden avait connu des moments de joie indescriptibles, profitant d'une erreur de l'Américaine Lindsey Jacobellis dans les derniers mètres de l'épreuve pour s'imposer. Rayonnante, elle avait ensuite longuement sautillé dans l'aire d'arrivée pour fêter son titre.

«Ce jour-là, j'ai fait l'expérience des meilleurs côtés de la vie de snowboardeuse», s'est souvenue la rideuse de Thoune. «Aujourd'hui, je suis confrontée à la partie plus sombre et plus triste de mon métier.»

Longtemps handicapée par des ennuis de santé - borréliose puis plusieurs blessures aux pieds et aux chevilles - Tanja Frieden est régulièrement revenue au premier plan. Durant sa longue carrière, elle a toujours été en route, en mouvement perpétuel. Aujourd'hui, la Bernoise doit quasi apprendre à rester tranquille.

«Je dois d'abord me soigner», a lancé Frieden en évoquant son avenir. «J'ai déjà des projets en tête pour la suite, notamment dans le monde des sports de neige. Et cet été, j'organiserai une grande fête pour tous ceux qui m'ont toujours soutenu!» Même assise, par la force des choses, Tanja Frieden continue d'avancer. Comme une énième preuve de son exceptionnel caractère de championne. /si