Beat Schenk ramène l'argent des Mondiaux

Beat Schenk est revenu des Mondiaux d'attelage à deux chevaux de Kecskemet avec la médaille d'argent. Heureux, le meneur du manège de Wavre savoure maintenant sa réussite et pense à la suite.
01 sept. 2009, 04:15

«Celle-là est un peu spéciale. Je ne vais pas la mettre sur le mur de l'écurie avec les autres mais à la maison.» Pour Beat Schenk, la médaille d'argent obtenue aux championnats du monde d'attelage à deux chevaux récompense une belle saison. «Il y a deux ou trois semaines, je n'aurais pas pensé revenir avec une médaille. C'est une grosse satisfaction pour tout le travail accompli», confie le meneur du manège de Wavre, encore sous l'émotion des Mondiaux qui se déroulaient du 18 au 23 août à Kecskemet, en Hongrie.

Seul le Hollandais Harrie Verstappen est parvenu à devancer le Suisse. «Harrie est un très bon meneur et une bonne personne. Je suis content qu'il ait gagné», déclare le sextuple champion de Suisse. Mais cette première médaille «mondiale» n'a pas été facile à remporter pour le Bernois d'origine.

D'entrée, il s'est mis en évidence grâce à l'épreuve du dressage, son point fort. «Les chevaux n'ont commis aucune faute», raconte Beat Schenk, fier de «Lancina», «Nero IX» et «Warlock». «Les conditions étaient dures. Il faisait 35 degrés et ils n'étaient pas habitués à ces températures, mais ils se sont très vite adaptés.»

Deuxième avant le marathon, c'est là qu'il a éprouvé le plus de problèmes. «Le parcours était difficile avec du sable et des obstacles techniques très serrés», explique celui qui a abordé en troisième position la dernière épreuve. Et en ne perdant que quelques points à la maniabilité, le Neuchâtelois d'adoption a récupéré la deuxième place finale. «Sur le moment, on pense à la victoire, c'est le sport. Mais le but était d'arriver sur le podium. Ensuite, avec quelle médaille, c'est égal.»

Le citoyen de Wavre prend maintenant le temps de savourer. «Pour le moment, je profite de cette médaille», glisse celui qui a été accueilli à son retour avec une petite fête organisée par la Société neuchâteloise d'attelage. Et ça continue. «Je vais organiser une fête au manège après les championnats de Suisse (red: du 10 au 13 septembre à Bâle) pour remercier les sponsors et toute l'équipe.»

Pour la suite, plusieurs nouveaux challenges attendent Beat Schenk, qui convoite notamment les championnats d'Europe l'an prochain en Slovaquie. Mais il tient aussi à son rôle d'entraîneur de l'équipe de Suisse d'attelage à un cheval. «L'an passé, on avait gagné le bronze aux Mondiaux (à Jarantov en Pologne). C'est un grand succès en tant qu'entraîneur», raconte celui qui espère briller à nouveau dans son rôle l'an prochain à Rome. /VTZ