Votre publicité ici avec IMPACT_medias

A Aadorf, le NUC abat sa dernière carte

Cet après-midi à Aadorf, le NUC disputera, peut-être, son dernier match de la saison. Pour l'équipe de Philipp Schütz, la situation est simple. En cas de victoire, la promotion, directe ou indirecte, redevient réalité. Une défaite obligerait les Neuchâteloises à rester une saison de plus en LNB. Inutile de se creuser la tête. Pour décrocher la promotion directe ou la place de barragiste, le NUC doit gagner cet après-midi à Aadorf. Face à un gros obstacle, Emilie Froidevaux et ses coéquipières ne peuvent pas reculer. Conscientes de l'enjeu, elles ne veulent pas non plus se prendre la tête. «C'est important de ne rester concentré que sur une seule chose à la fois, un seul point», confirme Tara Smart. «On veut se concentrer uniquement sur le match, sans calculer», ajoute Philipp Schütz.

15 mars 2008, 12:00

Est-ce facile de s'enfermer dans une bulle? «Avec notre défaite à Guin, nous sommes passés de la position de dominant à celle d'outsider», reprend le coach. «Pour nous, la pression est moins forte qu'il y a une ou deux semaines.» Chacune des quatre équipes encore en lice pour la promotion étant dans l'obligation de gagner, la pression sera aussi sur les épaules des joueuses d'Aadorf. «Je pense même que les Thurgoviennes auront davantage de pression», ajoute Cindy Wigger. «Pour nous, on verra comment ça va aller. Et trop de pression, ça ne sert à rien. En plus, vu l'autre confrontation, ça ne dépendra pas que de nous.»

A l'aller, Aadorf s'était imposé trois sets à deux à la Riveraine. Le score des manches était révélateur du peu d'écart qui sépare les deux équipes: 25-12, 25-22, 22-25, 21-25, 10-15. «Cela avait été une sacrée partie, très serrée», explique Philipp Schütz. «Nous avions dominé les deux premiers sets.»

Comment le NUC doit-il «empoigner» son adversaire? «Nous savons ce qu'il y a à faire, qui éviter», lance Camille Dubois. «Aadorf a deux joueuses qui peuvent faire la différence ou reprendre des balles difficiles.» «Nous devons tout donner, essayer de bien jouer tactiquement», ajoute Tara Smart. «Nous avons beaucoup travaillé, nous nous sommes bien préparées par rapport à notre adversaire. En fait, nous voulons juste terminer le match sans regret.»

Une situation aussi serrée a même surpris les joueuses les plus expérimentées. «Je n'ai jamais vécu ça», confirme Tara Smart. «Nous ne savons pas ce qui va se passer, et c'est très excitant.» «Personne n'est hors de danger», reprend Camille Dubois. «On pensait qu'Aadorf allait survoler ce tour de promotion, mais il y a eu plein de surprises. Nous-mêmes avons gâché quelques opportunités.»

Reste que la tension n'aura pas empêché la capitaine de bien dormir. «Il faut l'éviter. J'ai confiance en les filles. Nous devrons entrer sur le terrain avec envie, plaisir. Et si nous sommes en feu, nous pourrons «enfoncer» l'adversaire.» A l'image de Camille Dubois, les volleyeuses du NUC n'auront aucune peine à se motiver. / FTR

Votre publicité ici avec IMPACT_medias