Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Zumthor veut sauver la mosaïque

14 déc. 2010, 16:06

L'architecte suisse Peter Zumthor entend sauver la plus vaste mosaïque du Moyen-Orient, sinon du monde, dans les ruines du Palais d'Hisham, un joyau omeyyade du 8e siècle près de Jéricho (Cisjordanie). Recruté par l'Unesco et l'Autorité palestinienne à cette fin, il parle de «reconstruction émotionnelle».

Peter Zumthor, prix Pritzker 2009 (l'équivalent d'un Nobel de l'architecture), a récemment présenté aux pays donateurs son projet de «Maison des Mosaïques» pour mettre en valeur ce site archéologique, un des plus riches de Palestine, au nord de l'oasis de Jéricho, et y attirer les touristes.

Le Bâlois de 67 ans, qui se décrit comme un «auteur architecte», a commencé à travailler sur le concept en 2006. Son but est de «recréer l'atmosphère originelle de l'endroit, une cité de loisirs, pour en faire un lieu emblématique de Jéricho», une des plus vieilles villes du monde qui célèbre son 10 000e anniversaire.

Les ruines du palais d'Hisham, construit sous l'Empire omeyyade (661-750 après JC), s'étendent sur 60 hectares à Khirbat al-Mafjar, à l'ouest de la vallée du Jourdain, à 260 m sous le niveau de la mer. Le site a été découvert en 1873 et les premières excavations scientifiques datent des années 1930, effectuées par l'archéologue anglais Robert W. Hamilton pendant le mandat britannique en Palestine.

Représentatif des débuts de l'architecture islamique, ce palais d'hiver se compose d'une résidence de plusieurs étages, une cour à portiques, une mosquée, une fontaine et surtout un hammam sur le modèle des bains romains. Renommé pour sa profusion de mosaïques, il recèle un célèbre «Arbre de Vie», au pied duquel paissent paisiblement deux gazelles tandis qu'un lion dévore une troisième, allégorie de la paix et de la guerre.

Le hall du Grand bain offre, sur 850 m2, la mosaïque au sol la mieux préservée du Moyen-Orient, sans doute la plus étendue du monde, selon les experts. Ses motifs géométriques sont aujourd'hui recouverts d'une couche de sable pour leur protection.

Le coût global du chantier est de 10 à 15 millions de dollars, dont 4 millions pour les deux prochaines années, selon l'Unesco. La construction proprement dite devrait démarrer en 2013. /ats-afp

Votre publicité ici avec IMPACT_medias