Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Vive les vaches

02 avr. 2007, 12:00

«J'ai passé chaque dimanche à quatre pattes par terre à jouer avec mes enfants et des petites vaches en bois», racontait Ueli Maurer dans une interview. Pauvre homme. Et pauvres petites vaches en bois. Que n'ont-ils pas entendu. Reprenons. Les thèses de l'UDC (genre: la place des femmes est au foyer, pfouye!) nous vont carrément sous les ongles. Pas question de prendre la défense de ses porte-parole, encore moins de son président. Mais on a bien aimé ces petites vaches en bois. Nous aussi, comme enfants de paysan, nous nous sommes amusés des heures avec elles. C'était d'ailleurs des simmental, si mes souvenirs sont bons. Des vaches rustiques, un peu taillées à la hache, mais avec de si bonnes têtes! Pour en rester à la promotion des petites vaches en bois, allez donc une fois faire un tour dans le canton d'Appenzell: on y vend de minuscules schwyzoises sculptées, qui sont parmi les plus ravissantes créatures que nous ayons jamais vues.

Mais revenons à nos moutons: dans la presse dominicale, et avec des railleries limite hargneuses, on assimilait l'affection d'Ueli Maurer pour les petites vaches en bois à un esprit typiquement UDC.

La vache est pourtant un animal attachant. Elle a les plus beaux yeux du monde. On croyait qu'elle avait une bonne image de marque. Or, il paraît maintenant que les vaches sont pour ainsi dire un symbole d'aliénation. C'est vachement triste. / cld

Votre publicité ici avec IMPACT_medias