Un monastère pour transmettre la sagesse

L'ancien monastère de capucins de Stans va peut-être accueillir une «académie des sages», la première du genre en Suisse. Le gouvernement de Nidwald est prêt à certaines conditions à rénover le bâtiment dans ce but.
01 août 2015, 23:20

Fondé en 1582, le monastère de Stans avait été fermé il y a deux ans en raison du vieillissement des moines et de l'absence de relève. Racheté pour un million de francs par le canton, il est actuellement vide. Le Grand Conseil avait demandé un usage créatif de ce bâtiment particulier.

Une richesse pour la société

L'idée est venue du journaliste culturel Marco Meier. Il a proposé la création d'une «académie des sages», où des personnes âgées pourraient transmettre leur savoir et leur expérience aux jeunes générations. L'académie serait aussi un lieu d'échange intellectuel et spirituel.

Concrètement, entre 12 et 15 personnes se relayeraient pour donner des cours: «Il peut s'agir de professeurs émérites, de philosophes, de photographes, d'artisans ou même de sages-femmes», a expliqué hier Marco Meier. L'idée est surtout de montrer que les aînés «sont une richesse et une inspiration pour la société, pas simplement un poids».

L'académie devra disposer d'un capital de départ suffisant pour fonctionner durant cinq ans

Les cours et rencontres seraient menés majoritairement par des enseignants germanophones, mais parfois aussi anglophones, «et pourquoi pas francophones, cela dépendra de la demande», a ajouté Marco Meier. Enfin, le bâtiment accueillerait un café-restaurant employant des personnes handicapées.

La faisabilité du projet, porté par plusieurs associations, a été établie, a indiqué mardi soir la directrice des Travaux publics Lisbeth Gabriel. Le gouvernement est donc prêt à le soutenir en demandant au Grand Conseil de débloquer 3,7 millions de francs pour la rénovation du monastère.

Seule condition, l'académie devra disposer d'un capital de départ suffisant pour fonctionner durant cinq ans. Le gouvernement lui louerait alors le monastère durant dix ans pour 100.000 francs par an, au lieu des 300.000 qu'il vaudrait, a indiqué Lisbeth Gabriel.

Ouverture prévue en 2009

«Il s'agit pour nous maintenant de trouver les fonds, a déclaré Marco Meier. Nous avons déjà suscité l'intérêt de plusieurs contributeurs potentiels. L'idéal serait un capital de 2 à 5 millions pour la fondation». Si tout se passe bien, l'académie pourrait ouvrir ses portes en 2009. / ats