Sécurité: la majorité des accessoires pour sièges d'enfants testés par le TCS sont interdits

Selon le Touring Club Suisse (TCS), la plupart des accessoires pour les sièges d'enfants proposés sur internet seraient interdits et ne répondraient pas aux prescriptions légales. Tour d'horizon.

28 nov. 2019, 17:51
Les accessoires pour les sièges d'enfants ne répondent souvent pas aux normes légales.

Le Touring Club Suisse (TCS) a testé des accessoires pour les sièges d'enfants et a publié un communiqué jeudi. Le premier constat appelle à la prudence, notamment pour les produits proposés sur internet et qui ne répondent souvent pas aux prescriptions légales, voire augmentent le risque de blessure pour les enfants.

 

 

Des "boucles de harnais" efficaces mais illégales

Sur le marché, il existe plusieurs accessoires censés empêcher un enfant de se détacher tout seul. Le TCS en a testé quatre et aucun de ces produits n’a complètement répondu aux attentes. Selon eux, le seul dispositif légalement autorisé (5Point Plus Anti Escape System) n'a pas empêché l'enfant de se détacher.

Les "boucles de harnais" les plus efficaces (clip supplémentaire au niveau de la poitrine, Storchenbeck Auto BeltLock Stop, boucle de sécurité Buckle-upp) ne répondraient pas aux exigences légales. Pour des raisons de sécurité, il doit être possible en cas d'urgence de libérer l'enfant de son siège par une seule action sur la boucle.

Sangles molletonnées dangereuses et extensions de boucles de ceinture non admises

Des sangles molletonnées et des rallonges de boucle de ceinture sont proposées pour améliorer le confort de l'enfant. Or, les sangles molletonnées risquent de faire passer la ceinture sur le ventre et de provoquer des blessures internes.

L'utilisation de sangles matelassées ou de rallonges de boucle peut en outre modifier les forces que le harnais exerce sur l'enfant. Il s'agit là d'une modification touchant à l'homologation du produit et pouvant donc dans certains cas poser des problèmes au niveau du droit de l'assurance.

Les sacs chauffants pour les coques pour bébés ne doivent pas couvrir les étiquettes

La loi prescrit que l'étiquette fixée à l'intérieur des coques pour bébé et contenant une mise en garde concernant l'airbag doit toujours être visible. Certains revêtements estivaux ou hivernaux ne respectent pas cette règle, si bien qu'il est recommandé d'y renoncer. Il existe cependant aussi des revêtements proposés directement par le fabricant du siège et répondant aux normes légales.