Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les mesures à prendre pour survivre à la canicule

Des mesures simples permettent de protéger les personnes âgées et les enfants en cas de canicule.

20 juin 2013, 07:38
Attention, les enfants sont particulièrement sensibles à la canicule.

Va-t-on vers un été "pourri", qui verra alterner périodes de pluie et de froid avec d'autres de soleil intense et de grande chaleur? Ou juillet et août nous réservent-ils des canicules comme celle qui frappa notre pays il y a dix ans? Durant l'été 2003 comme d'autres Etats européens, la Suisse a subi l'influence de masses d'air extrêmement chaud. Des températures qui ont fréquemment dépassé les 35 degrés ont entraîné une surmortalité de 7% par rapport aux autres années, soit 975 décès supplémentaires.

"Les personnes âgées, comme les nourrissons et les enfants en bas âge n'arrivent pas à réagir. Les aînés n'ont pas toujours conscience de leur soif et sont souvent trop faibles pour subvenir à leurs propres besoins", estime le Dr Christian Ambord, médecin cantonal valaisan.

Danger de mort

Lors de fortes chaleurs, le corps a des difficultés à réguler sa température. S'ensuit une surchauffe interne et l'évacuation passive de la chaleur par la peau est insuffisante.

Chez les personnes âgées, l'organisme peine plus encore à s'acclimater. Le coeur et les vaisseaux sont fortement sollicités, l'équilibre hydrique est bouleversé, la pression artérielle augmente, le pouls s'accélère et la personne frappée s'essouffle. Déshydratation, hyperthermie, crampes de chaleur, épuisement, évanouissement et coup de chaleur caractérisent ces problèmes de régulation thermique. La plupart des décès liés à l'augmentation des températures surviennent suite à un accident vasculaire cérébral ou sont l'aboutissement fatal de maladies cardiaques, circulatoires ou respiratoires.

Des gestes simples

Ne pas sous-estimer les dangers engendrés par la canicule et connaître les gestes simples susceptibles de limiter les risques sont deux attitudes qui permettent d'éviter le pire.

"Une prise de conscience du personnel soignant et des familles est indispensable pour diminuer les risques. C'est une question de solidarité avec les plus faibles."

Les proches de personnes vivant seules préviendront les voisins et prévoiront des coups de téléphone et des visites à domicile. Font partie de la base des précautions à prendre: proposer de manière régulière à boire en quantité suffisante (de 1,5 à 2 litres par jour); réduire l'activité physique, surveiller la température corporelle, rafraîchir l'organisme par des douches ou des bains frais; ne pas consommer d'alcool ou de boissons caféinées ou trop sucrées; privilégier une nourriture riche en eau.

"Il ne faut pas non plus manger des aliments trop froids ou consommer des boissons trop glacées. On peut se préparer une limonade maison ou manger une orange qui fait saliver..."

En cas de température corporelle élevée, de confusion, de vertiges, de nausées, de vomis sement et de diarrhées, il faut allonger la personne, la rafraîchir à l'aide de linges humides et si elle est consciente, lui faire boire de l'eau fraîche. Si ces mesures demeurent inefficaces, il convient d'appeler un médecin.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias