Les fusions et acquisitions d'entreprises repartent à la hausse en Suisse

Le phénomène de concentration des entreprises par fusion ou acquisition a pris de la vitesse au premier trimestre 2014.
07 août 2015, 13:33
L'une des plus grosses transactions de l'année étaient la reprise 50% des parts de l'entreprise commune de L'Oréal et de Nestle.

Après une cuvée 2013 plutôt calme, le marché suisse des fusions et acquisitions a retrouvé comme prévu de sa vigueur au cours du premier trimestre 2014. Le volume des transactions s’est nettement étoffé sur un an, soutenu par plusieurs transactions d'envergure et un marché américain actif.

De janvier à mars, le volume des fusions et acquisitions a ainsi atteint 26 milliards de dollars (23 milliards de francs), a indiqué mardi le cabinet d'audit et de conseil KPMG. Après 3,3 milliards voici douze mois, il s'agit du meilleur résultat depuis le deuxième trimestre 2012, lors de l’annonce du mariage entre les géants miniers Glencore et Xstrata.

Au nombre de 76, contre 52 une année plus tôt, plusieurs opérations affichent une valeur supérieure à 1 milliard de dollars. Au cours du trimestre sous revue, la principale transaction, d’un volume global de 8,2 milliards, est la reprise de 50% des parts de Nestlé et L’Oréal dans leur coentreprise Galderma avec, en contrepartie, la cession par Nestlé du paquet d’actions (8%) de L'Oréal.

Le rachat pour 4,4 milliards de dollars de l’Américain MultiPlan (solutions de gestion des coûts dans le secteur de la santé) par, notamment, le gestionnaire de fortune zougois Partners Group vient en second rang. Suit l'acquisition pour 3,5 milliards par le négociant genevois en matières premières Mercuria de la division des matières premières de la banque américaine JP Morgan Chase.

La Confédération aussi

La vente de la firme zougoise Foster Wheeler au groupe d’ingénierie britannique AMEC a quant à elle porté sur 2,85 milliards de dollars. La Confédération a aussi été active, engrangeant 1,37 milliard (soit 1,2 milliard de francs) par la vente d'actions Swisscom. Enfin, OC Oerlikon a déboursé 1,1 milliard pour l'activité de traitement de surface Sulzer Metco.

Les activités de fusions et rachats sont restées intensives entre la Suisse et l’Amérique du Nord. Le nouveau numéro un mondial des produits de boulangerie surgelés Aryzta a par exemple effectué deux grosses acquisitions aux Etats-Unis et au Canada.

Au premier trimestre, plus d'une transaction sur cinq a concerné le marché industriel. Très actif l'an passé, le segment des biens de consommation a en revanche perdu en dynamisme sur un an (13% des opérations). Quant au secteur des matières premières, il reflète une certaine réserve, notamment dans le secteur minier, constate KPMG.