La tuberculose multirésistante devient de plus en plus menaçante

La tuberculose multirésistante fait peser une menace grandissante, ont averti lundi l'OMS et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Sans un financement supplémentaire, elle pourrait se propager rapidement.

18 mars 2013, 14:53
En 2011, 1,4 million de personnes sont décédées des suites de la tuberculose dans le monde.

 

La tuberculose multirésistante fait peser une menace grandissante, ont averti lundi l'OMS et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Sans un financement supplémentaire, elle pourrait se propager rapidement.
 
En 2011, 1,4 million de personnes sont décédées des suites de la tuberculose dans le monde, sur un total de 8,7 millions de cas, selon les derniers chiffres publiés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Sur ce nombre, 630'000 personnes ont contracté une tuberculose multirésistante (TB-MR).
 
"Nous faisons du surplace à un moment où il nous faut absolument intensifier notre action contre la tuberculose multirésistante", a affirmé lors d'une conférence de presse à Genève la directrice générale de l'OMS Margaret Chan, en vue de la Journée mondiale de la tuberculose le 24 mars.
 
"Nous avons accompli de grands progrès ces dix dernières années contre la tuberculose, mais ils peuvent aisément être réduits à néant si nous n'intervenons pas maintenant", a-t-elle ajouté. L'OMS et le Fonds mondial estiment qu'il faut 1,6 milliard de dollars de fonds supplémentaires par an.
 
Groupes marginalisés
 
Le nouveau directeur exécutif du Fonds mondial Mark Dybul a souligné la nécessité d'une volonté politique pour atteindre les groupes les plus marginalisés au sein desquels la résistance aux médicaments se propage. Seulement 60% des cas de TB-MR sont détectés, a-t-il souligné.
 
Par exemple, faute de soins adéquats, les prisons en Russie sont de véritables incubateurs de la forme résistante de la tuberculose. Et l'OMS estime que moins de 20% des cas de TB-MR sont détectés et traités.
 
"Si nous n'intervenons pas aujourd'hui, les coûts risquent d'exploser. Il s'agit d'investir maintenant, ou de payer pour toujours", a mis en garde le Dr Dybul.
 
Environ 60% des 500'000 nouveaux cas de résistance recensés en 2011 l'ont été dans les pays émergents: Brésil, Chine, Inde, Russie et Afrique du Sud. L'Inde est en tête avec 66'000 cas recensés, devant la Chine (61'000) et la Russie (44'000).
 
En outre, environ 9% des cas de TB-MR sont ultrarésistants (TB-UR). De tels cas résistants à plusieurs médicaments ont été signalés désormais dans 84 pays. En 2011, seulement 600 millions ont été investis pour le diagnostic et le traitement de la TB-MR, dont la moitié pour couvrir le coût des médicaments de seconde génération.
 
Sauver six millions de vies
 
L'OMS et le Fonds mondial espèrent pouvoir administrer un traitement complet à 17 millions de personnes malades et sauver six millions de vies entre 2014 et 2016 si le financement supplémentaire de 1,6 milliard est assuré sur le plan international.
 
Simultanément, les Etats doivent investir 3,2 milliards prélevés sur leur budget national pour la santé, soit une facture totale évaluée à 4,8 milliards de dollars par an pour 118 pays à revenu faible ou intermédiaire.
 
Le rythme actuel de baisse du nombre de nouveaux cas de TB (-2% par an) reste trop lent, a expliqué Mario Raviglione, directeur du département Stop à la tuberculose de l'OMS. Deux régions, l'Afrique et l'Europe de l'Est, ne sont pas en bonne voie pour atteindre la cible mondiale de réduction de moitié du taux de mortalité de la tuberculose entre 1990 et 2015.
 
Dans un communiqué, Médecins sans frontières (MSF) a critiqué le sous-financement du Fonds mondial et averti qu'une occasion historique risquait d'être perdue, faute d'investissements supplémentaires. Il faut également financer la recherche pour les essais cliniques de nouveaux médicaments, produits de diagnostic et vaccins à hauteur de 1,3 milliard de dollars par an entre 2014 et 2016.