Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La triste histoire de Bambi

dans la campagne fribourgeoise Al'heure où «Bambi 2» sort dans les salles, l'histoire d'amour entre Gabriel Villard et une petite biche trouvée dans les champs de Remaufens (FR) pourrait séduire les studios Walt Disney pour un numéro trois. Dans cette histoire, tout se passe comme dans un dessin animé, le happy end en moins. Le 14 janvier dernier en effet, l'agriculteur veveysan constate que sa protégée - baptisée Bambi! - a tout bonnement disparu. En cause: non pas un braconnier ni même un chasseur maladroit, mais un garde-faune... un peu trop zélé au goût de notre samaritain des animaux.

02 févr. 2006, 12:00
«Je suis fou de rage»

«Le lundi qui a suivi la disparition de Bambi, le garde-faune responsable de la région m'a appelé», explique l'agriculteur avec de l'émotion dans la voix. «Il m'a dit qu'il ne fallait pas m'inquiéter, qu'il avait récupéré le chevreuil et qu'il le relâchait dans l'après-midi du côté de Fribourg, dans la forêt de Moncor.»

Pendant trois jours, Gabriel Villard, sa femme et un ami ratissent la forêt où aurait eu lieu le lâcher, histoire de vérifier. En vain. Selon leurs dires, Bambi a disparu. Pire: elle aurait même été abattue.

L'agriculteur en fulmine encore. «Je suis fou de rage contre cet imbécile de garde qui ne croit qu'en ses lois!», tonne-t-il. Pourtant, je n'ai jamais élevé Bambi en captivité. J'ai fait les choses en ordre en contactant spontanément le Service vétérinaire, puis le Service des forêts et de la faune. Je savais qu'on ne pouvait pas détenir un animal sauvage sans autorisation. J'ai toujours veillé à ce qu'il garde un contact avec la vie sauvage.

«Faire les choses en ordre»

Si sa colère est si forte, c'est qu'il l'a bichonnée, cette petite! Lorsqu'il tue accidentellement sa mère en juillet dernier en faisant les foins, l'agriculteur de Remaufens se fait un point d'honneur de la sauver. Gabriel Villard et son épouse redoublent d'attention et essaient non sans peine de faire boire à Bambi du lait de vache. La petite orpheline s'accroche et finit par «donner le tour» comme on dit dans la région.

Désireux de «faire les choses en ordre», l'agriculteur avertit le garde-faune qui accourt aussitôt. Il lui indique qu'il pourra garder Bambi jusqu'à la fin septembre, date à laquelle elle sera sevrée.

«Dès les premières semaines d'août, Bambi dormait en forêt et, le matin, elle se pointait pour boire son lait et manger un «farmer» ou une carotte», explique Gabriel Villard. «Tout lui profitait: géraniums, rosiers et même les melons!» A chaque fois qu'il l'appelle, l'animal vient vers lui. «Il reconnaît ma voix entre toutes», poursuit-il. Si c'est ma femme, il a déjà plus de peine à venir. Si c'est mon père, il ne répond pas du tout.»

Le garde-chasse chargé d'instruire le cas se fait pressant en septembre déjà. Il débarque avec une caisse pour emmener Bambi dans la forêt de Moncor, sur la commune de Villars-sur-Glâne. Gabriel Villard s'oppose. Finalement, le garde-faune lui laisse l'animal qui boit encore du lait.

«Il est revenu à la charge plusieurs fois», témoigne l'agriculteur. Mais début janvier, il finit par me dire qu'il veut bien me la laisser. C'est vrai qu'elle vivait en parfaite liberté et ne pouvait pas être mieux ailleurs.»

Sur le canapé

La petite biche montre un comportement qui fait d'elle une curiosité de la région. Le matin, elle piétine devant la porte de Gabriel Villard et fait un petit bruit jusqu'à ce que quelqu'un lui ouvre la porte. Sitôt celle-ci ouverte, elle grimpe à l'étage et n'hésite pas à faire un petit somme sur le canapé!

«Vous me direz que tout cela n'est pas bien normal, mais qui ça pouvait déranger», interroge l'agriculteur. «J'arrivais pour dîner, elle m'attendait au sommet de l'escalier, pendant le repas, elle tournait autour de la table et attrapait ici et là ce qu'on lui donnait.»

L'agriculteur jure que, chaque nuit, la biche s'en allait dormir dans la forêt. Une garantie qui n'a visiblement pas suffi aux yeux du garde-faune. /PAS-La Liberté

Votre publicité ici avec IMPACT_medias