La crise financière frappe

02 avr. 2008, 12:00

La première banque allemande, la Deutsche Bank, a fait savoir hier que ses résultats du premier trimestre allaient être pénalisés à hauteur de 2,5 milliards d'euros (3,9 milliards de francs) de dépréciations sur des produits financiers.

La banque de Francfort, qui avait jusqu'alors été épargnée par les soubresauts des marchés financiers, a expliqué que «dans les dernières semaines, les conditions se sont considérablement détériorées sur les marchés».

L'établissement, dont le patron est le Suisse Josef Ackermann, s'attend à une révision à la baisse de la valeur dans ses comptes de crédits et de promesses de crédit, dans l'immobilier professionnel résidentiel aux Etats-Unis.

La semaine dernière, l'institut avait averti dans son rapport annuel qu'il ne remplirait sans doute pas ses objectifs 2008. La Deutsche Bank réalise la majorité de ses bénéfices dans la banque d'investissement, qui dépend fortement de la santé des marchés financiers. En outre, le poids lourd bancaire allemand avait laissé entrevoir la possibilité de nouvelles dépréciations d'actifs. / ats-afp