La cire humaine pour les durs d'oreille

02 avr. 2008, 12:00

On se gausse parfois des jeunes qui ne savent plus écrire en reprochant aux profs d'avoir instauré la phonétique. Alain Droz, archiviste retraité de la commune de Tramelan, a affiché un document des années vingt aux cimaises du home Les Lovières. Une dissertation sur l'ouïe m'a rendu sourd aux critiques que l'on entend sur la jeunesse du 21e siècle. L'élève, lors d'un travail de sciences, confondait l'ouïe avec Louis et le cérumen avec la cire humaine dans une composition datée du lundi 30 mars 1925:

«L'oreille est un organe très utile qu'on nome (sic) Louis et qui a pour but d'entendre. On trouve dans l'oreille un tympan, un limaçon, des osselets et une trompe de Stache (sic) que fait communiqué (sic) l'oreille gauche avec la droite. Dans nos oreilles, il y a une matière grasse, la cire humaine qui aspire les poussières. Il ne faut pas se nettoyer les oreilles avec une épingle à cheveux car cela rend sourd.»

Plus loin, une coupure de presse de 1894 relate les frasques d'une langue de vipère: «Rétractation: je soussignée déclare rétracter les paroles calomnieuses que j'ai prononcées contre Mademoiselle Estelle Mathey. Je regrette sincèrement d'avoir prononcé des paroles qui sont fausses et dénuées de tout fondement.»

Si nos aïeux n'étaient pas meilleurs en orthographe, ils avaient au moins de l'éducation. Qui publierait de nos jours une annonce de rétractation dans les pages d'Arc presse? En tout cas, j'en connais qui pourraient remplir à eux seuls une édition spéciale...