«L'Angleterre n'est plus une île»

02 août 2015, 18:45

La France célèbre samedi le centenaire du franchissement de la Manche par Louis Blériot, premier aviateur à avoir relié le continent à l'Angleterre à bord d'un monoplan. Cet exploit devait jeter les bases de l'aéronautique moderne.

De nombreuses manifestations marquent cet anniversaire de part et d'autre de la Manche, avec en particulier un ballet de Blériot XI, l'avion mythique de Louis Blériot, prévu samedi entre Calais, dans le nord de la France et Douvres, dans le sud de l'Angleterre. Ces Blériot XI d'époque, mais aussi des modèles réduits et des ULM, franchiront le «Channel», escortés par la patrouille de France.

La formidable épopée du gamin de Cambrai devenu ingénieur centralien commence véritablement en 1908 lorsque le quotidien britannique «Daily Mail» offre 1000 livres sterling au pilote qui ouvrira une voie aérienne entre les deux rives du «Channel».

Trois fous d'aviation prétendent à l'exploit: le comte Charles de Lambert, un aristocrate russe d'origine française, le Britannique Hubert Latham et Louis Blériot. Après avoir inventé le phare de voiture, le jeune industriel s'est fixé une ambition: concevoir une machine volante.

Confronté à des avaries de moteur, Lambert jette rapidement l'éponge. Latham, qui a déjà accompli en 1905 une traversée de la Manche en ballon, tente sa chance le 19 juillet mais échoue à quelques kilomètres des côtes.

Epaisse moustache barrant son visage, bonnet d'aviateur vissé sur la tête et combinaison intégrale, Louis Blériot s'élance à son tour, le 25 juillet à l'aube, à bord du Blériot XI, un monoplan de toile et de bois propulsé par un moteur de 25 chevaux.

Parti à 4h41 du hameau des Baraques à Sangatte (rebaptisé Blériot-Plage en 1936), il pose son aéroplane à 5h18 dans une prairie, au pied du château-fort qui domine le port de Douvres. Il aura couvert les 43 km à la vitesse moyenne de 65 km/h. Le lendemain, le «Daily Mail titre»: «England is no longer an island» («L'Angleterre n'est plus une île»).

Louis Blériot s'éteint le 1er août 1936 à Paris à l'âge de 64 ans. /ats-afp

«L'Angleterre n'est plus une île»