Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Jeux interdits

22 mars 2007, 12:00

Depuis que vous lui avez passé «Hexagone» et «500 c... sur la ligne de départ», vous pensiez avoir fait l'essentiel en matière de gros mots: lui montrer que parfois, dans la vie, et en dépit d'une interdiction générale, on pouvait en user sans donner forcément dans l'insulte gratuite. Et c'est avec un plaisir non dissimulé que vous repreniez en ch?ur avec lui le refrain fleuri de l'hymne anti-Dakar de Renaud.

Un peu naïvement, vous pensiez qu'en la matière, les préaux s'étaient chargés depuis longtemps de faire son éducation. Jusqu'à ce jour où, à l'arrière de la voiture, vous l'entendez pousser une exclamation indignée: «Hé, maman, y a Jules qui a fait un gros mot!»

«Faire» un gros mot, voici qui est nouveau. Votre petit délateur prend un air horrifié. A ses côtés, son pote (qui ne s'appelle pas Jules, mais vous tenez à éviter une scène dans la famille) lève en gloussant un majeur tout collant de barbapapa.

«Vous savez ce qu'il veut dire, ce geste, d'abord?», demandez-vous au rétroviseur.

Les morveux se tortillent sur le siège. «Heu, ben non...»

«Eh bien, il est très vulgaire. Il veut dire quelque chose comme, hem, disons: va te faire voir ailleurs». Puissants soupirs à l'arrière de l'auto: «Aaaah, on croyait que c'était un bien plus gros mot que ça...»

Déception, soulagement? Allez savoir... / lmr

Votre publicité ici avec IMPACT_medias