Cosmétiques: des substances nocives détectées dans 10 baumes à lèvres

Mardi, l'association des consommateurs UFC-Que Choisir a publié les résultats d'un test effectué sur des baumes à lèvres. Sur 21 échantillons, 10 contiennent deux substances jugées nocives par l'organisation. De grandes marques et produits de parapharmacie en font partie.
27 sept. 2017, 12:51
/ Màj. le 27 sept. 2017 à 13:35
Dix baumes à lèvres sont pointés du doigt par l'association.

Les baumes à lèvres que toute la famille utilise quotidiennement sont-ils inoffensifs pour la santé? Pas vraiment, si l'on en croit le test de l'association française des consommateurs "UFC-Que Choisir".

Sur 21 produits testés, près de la moitié contient des substances nocives. "Les uns sont cancérogènes tandis que les autres peuvent s’accumuler dans le foie et les ganglions lymphatiques", explique l'association dans un communiqué publié mardi.

S'ils sont interdits dans l'industrie alimentaire, l'UFC dénonce leur utilisation dans les cosmétiques, notamment lorsque ceux-ci sont susceptibles d'être ingérés par les enfants et les femmes enceintes.

>> À lire aussi: Substances toxiques: ces 1000 produits cosmétiques qu'il vaut mieux éviter

Dix sticks à lèvres pointés du doigt

Voici la liste des baumes à lèvres mis en cause par l'étude, et également commercialisés en Suisse:

Uriage – Stick lèvres hydratant
Aptonia – Stick lèvres hydratant
Le Petit Marseillais nutrition – Soin lèvres desséchées
Avène Cold Cream – Stick lèvres nourrissant
Boiron Homéostick – Baume à lèvres au calendula
La Roche Posay Nutritic – Soin transformation lèvres desséchées
Carmex – Classic Moisturing Lip Balm
Labello – Original Classic Care
Garnier Ultra doux Trésors de miel – Baume à lèvres nourrissant
Yves Rocher Macadamia

 

 

"Une alerte très exagérée"

Ces baumes à lèvres doivent-ils pour autant être jetés à la poubelle? Un article du Figaro mercredi relativise les résultats du test, jugé alarmiste. La dose de produit à ingérer pour qu'il soit potentiellement dangereux est difficile à atteindre avec un simple baume à lèvres, souligne le média qui remet en question la nocivité de ces substances.

C'est au final au consommateur de trancher ce qu'il est d'accord d'appliquer sur son corps, pour autant que les composants soient clairement inscrits dans la liste des ingrédients.

 

par Mouna Hussain