Alinghi sous pavillon suisse

02 août 2015, 18:46

La parade d'Alinghi 5 a connu samedi un succès phénoménal de Lausanne à Genève. Micheline Calmy-Rey a présidé la mise sous pavillon helvétique du catamaran présenté comme un symbole de la Suisse en ce jour de Fête nationale.

Des centaines de personnes s'étaient massées sur les quais et les jetées à proximité de la Société nautique de Genève (SNG), yacht-club d'Alinghi, pour apercevoir le monstre. Le bateau, parti de Lausanne, a attiré dans son sillage des dizaines d'embarcations venues le fêter.

De la terre, le catamaran gris avait l'air d'un géant gauche au milieu de Lilliputiens blancs. Son mât imposant culmine à 50 mètres de hauteur. Ses deux flotteurs sont longs de 35 mètres. Le lac Léman semblait bien trop petit pour cette Formule 1 des mers, qui pourra déployer toute sa puissance lors de la Coupe de l'America.

La cérémonie de mise sous pavillon s'est déroulée sur un ponton installé au large de la SNG. Très détendue, souriante et pieds nus, la conseillère fédérale a hissé le drapeau suisse au sommet du catamaran, aidée par Ernesto Bertarelli, le richissime patron d'Alinghi, exilé fiscal à Gstaad et ancien membre du conseil d'administration d'UBS.

L'hymne national a retenti pour l'occasion. «Je ne pouvais pas imaginer un jour plus symbolique» pour cette cérémonie, a déclaré Micheline Calmy-Rey. La Suisse ne possède pas de navires de guerre, mais elle pourra conquérir le cœur des peuples du monde grâce à la beauté et à la rapidité d'Alinghi 5, a-t-elle ajouté.

Micheline Calmy-Rey a adressé quelques mots en anglais à l'équipage multiculturel du bateau, rappelant que la Suisse n'était pas seulement le pays de l'argent, du fromage et du chocolat, mais aussi celui de l'innovation et de la technologie de pointe.

A Lausanne, quelque 10 000 personnes avaient fait le déplacement, selon la police. Le conseiller d'Etat Jean-Claude Mermoud a dit son «énorme plaisir et sa très grande fierté» devant ce bateau et «l'émulation» qu'il suscite.

L'équipe qui s'occupe du bateau a insisté sur la symbiose entre la Suisse et Alinghi, devenu une sorte de symbole des «valeurs de la Suisse», selon les commentaires de ceux qui animaient la manifestation. Un joueur de cor des Alpes était même entouré deux armaillis, lançant l'un le drapeau suisse, l'autre un drapeau Alinghi.

Alinghi va remettre en jeu la Coupe de l'America en février. La compétition se résumera à un duel de multicoques entre le catamaran suisse et un trimaran construit par l'Américain Oracle. /ats