Xamax transpire dans de bonnes conditions

Neuchâtel Xamax a pris ses quartiers depuis quelques jours en Espagne. Tout est réuni pour que le camp de préparation se déroule de manière idéale.
23 janv. 2010, 09:20

Il y a une année, Neuchâtel Xamax avait rêvé d'un camp au Tessin pour préparer la deuxième phase du championnat de Super League. Le rêve s'était transformé en chimère en moins d'une journée, la météo ayant mis à mal toute ébauche de camp d'entraînement.

Cette année, les dirigeants, entraîneurs et joueurs «rouge et noir» ont mis toutes les chances de leur côté. Leur pendule les a envoyés du côté d'Oliva, presque à mi-chemin entre Valence et Alicante.

Certes, la fameuse station balnéaire de Benidorm - truffée de gratte-ciel tous plus laids les uns que les autres - n'est pas très loin et Ibiza est à un «jet» de ferry. Mais le capitaine Stéphane Besle et ses coéquipiers ne sont pas là pour faire du tourisme. A deux pas de la Méditerranée, l'hôtel où ils ont élu domicile offre de très bonnes conditions de travail.

«Les infrastructures sont très bonnes», savoure Pierre-André Schürmann. «En plus, le temps est avec nous, tous les éléments sont idéaux pour ce camp.» L'urbanisation d'Oliva Nova, où logent les Xamaxiens n'offre pas qu'un parcours de golf au bord de la Méditerranée, mais quatre terrains de football! «En plus, nous sommes les seuls à pouvoir en profiter», sourit Paolo Urfer, le directeur sportif.

Depuis le début de la semaine, les «rouge et noir» suent à grosses gouttes. «Physiquement, c'est vrai que la préparation est lourde», reconnaît Pierre-André Schürmann. «En même temps, les footballeurs ne peuvent pas se plaindre. Ils n'ont qu'à aller voir sur les chantiers.»

Après Dénia (troisième division espagnole), Neuchâtel Xamax disputera demain, à 17h à Campoamor, un deuxième match de préparation en terre espagnole. Mais l'adversaire sera d'un tout autre calibre. D'ici trois semaines, le CSKA Moscou affrontera le FC Séville en huitième de finale de la Ligue des champions.

«C'est une grosse cylindrée, un des grands clubs de Russie, qui avait remporté la Coupe UEFA il y a quelques années», précise Pierre-André Schürmann. «C'est un match important, qui montrera ce que l'on peut faire. Car après la confrontation avec Dénia, où l'engagement était limite, je n'étais pas satisfait. J'attends donc une réaction!»

Le message est passé. /FTR

Dans les coulisses du camp

Petits bobos Au niveau physique, aucun souci majeur n'est à signaler. Guillaume Faivre est en phase de reprise suite à une tendinite. «Il n'y a que des petites choses normales», estime Pierre-André Schürmann. Qui précise encore que Sébastien Wüthrich s'est quand même ouvert l'arcade sourcilière.

Sur la piste? Avec une séance d'entraînement le matin et une autre l'après-midi, s'il n'y a pas de match, les Xamaxiens sont soumis à un régime sévère. Ils ont quand même eu droit à un après-midi de congé, qu'ils ont tiré à profit pour aller manger à Dénia, et il se pourrait bien qu'une sortie karting soit organisée.

Nouveau venu A peine engagé, Shkelzen Gashi a rejoint ses nouveaux coéquipiers hier, en compagnie du directeur sportif Paolo Urfer. «Je le connais bien, parce que je l'ai eu en équipe de Suisse, des M18 jusqu'aux M21», explique Pierre-André Schürmann. «C'est un joueur polyvalent, un vrai gaucher qui plus est. Et c'est toujours important d'en avoir.» «Les négociations ont été entamées avant que l'affaire Brown ne se décante», précise Paolo Urfer. /ftr