Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Xamax reste dans le noir mais le président voit rouge

Neuchâtel Xamax a bouclé l'exercice 2006-07 sur un bénéfice de 130 000 francs. Mais, au terme d'une assemblée générale presque déserte, le président Bernasconi a fait part de son mécontentement quant aux résultats de la première équipe. Gérard Castella a dû avoir les oreilles qui sifflent... La première assemblée générale de Neuchâtel Xamax dans le stade de la Maladière a suscité l'admiration du président Sylvio Bernasconi: «Nous sommes dans un lieu magnifique: pendant que je vous parle, vous pouvez admirer la relève», en référence à l'équipe des M18 qui s'entraînait sur la pelouse.

20 nov. 2007, 12:00

Devant un parterre restreint (une trentaine de personnes, dont 17 ayant le droit de vote), le président a rapidement substitué à sa veine lyrique son esprit d'entrepreneur. Une alignée de chiffres, approuvés à l'unanimité, et, en une demi-heure à peine, la séance était levée. Après, il a tenu à préciser ce que lui inspiraient les résultats sportifs actuels...

Mais procédons par ordre: Xamax a bouclé son exercice comptable 2006-07 sur un bénéfice de 130 924 francs, pour un budget de 6,2 millions de francs (7,5 en comptant Pro'Imax). Pour la saison actuelle, le budget global est de 12 millions de francs. «Et il va augmenter», annonçait le président, peut-être jusqu'à 15 millions. En référence au stade, il ajoutait: «Ces splendides infrastructures ont un coût. Nous avons dû débourser 600 000 francs pour l'équipement. Nous sommes satisfaits de la fréquentation, en particulier de nos clubs de soutien.» Le président a rappelé qu'en 2005 ceux-ci avaient rapporté 300 000 francs à Xamax. «Aujourd'hui, ce chiffre est de 2,5 millions et nous avons bon espoir de le porter à trois la saison prochaine.»

Pour autant, bien entendu, que le club «rouge et noir» se maintienne dans l'élite. Et c'est là que le bât blesse. «Nous comptons encore moins de points qu'il y a deux ans, avec un budget de 4,5 millions et de gros problèmes logistiques. Ce n'est pas admissible que nous luttions contre la relégation. Je me donne encore trois semaines de réflexion, après il y aura du changement. Et qu'on arrête de me dire que l'équipe joue bien!»

Pour la première fois, le président prend ses distances par rapport à son entraîneur. «Si les transferts ne donnent pas satisfaction et l'équipe fait trois points en huit matches, il y a bien un responsable. Je ne fixe pas d'objectif comptable d'ici à la trêve - de toute façon, ça ne fonctionne jamais - mais je veux absolument que l'on redresse la barre.» Cela ressemble terriblement à un ultimatum à l'encontre de Gérard Castella... Le président a également affirmé qu'il y aurait «au moins trois renforts à la pause, deux attaquants ainsi qu'un milieu ou un défenseur».

Dernier sujet qui lui tenait particulièrement à c?ur, le futur centre de formation. «C'est une nécessité absolue pour garantir l'avenir de Xamax et ma seule possibilité de marquer l'histoire du club, puisqu' on ne pourra jamais être compétitif face à Bâle et ses 30 millions de budget.» Sylvio Bernasconi a confirmé que le site choisi est celui du Chanet et le centre devrait compter trois terrains. «Nous présenterons les plans durant la première moitié de l'année prochaine. Puis, nous essaierons de trouver les accords avec la Ville et chercherons les fonds. Selon une première estimation, il faudra entre cinq et sept millions. Si tout procède de manière idéale, nous pourrons commencer les travaux fin 2008 et inaugurer le centre fin 2009.» /ESA

Votre publicité ici avec IMPACT_medias