Wikipédia refusait de le ressusciter…

Avoir une page à son nom sur Wikipédia, le début de la gloire? Plutôt le commencement des ennuis, nous rapporte Vincent Costet dans son «Air du temps».
27 juil. 2021, 05:30
AirDutemps-VincentCostet

Qui parmi vous se réjouirait d’avoir une entrée à son nom sur Wikipédia? Si c’est le cas, réfléchissez bien aux doux avantages de l’anonymat – si tant est qu’il existe encore… 

Cette histoire vient de nous être rapportée par nos confrères du «Soleil», l’un des deux quotidiens de la ville de Québec: un certain Marc Simard a été faussement déclaré mort sur la page qui lui est consacrée par l’encyclopédie libre en ligne. Voici la phrase assassine: «Il meurt le 17 mars 2021 des suites de complications liées au Covid-19.»

Ecrite par qui, cette sentence? On l’ignore. Marc Simard n’ayant semble-t-il pas sa langue dans sa poche, les pistes ne manquent pas… Ce n’était d’ailleurs pas la première fois que quelqu’un d’autre que le Québécois modifiait l’article lui étant dédié. Ni même la première fois qu’on l’y déclarait mort… 

Seulement cette fois-ci, l’historien a dû se battre pour ressusciter. On l’imagine le 15 juillet dernier devant l’ordinateur, à essayer, dans une formidable rogne, de supprimer la phrase qui tue. Cinq tentatives en trente heures. A chaque fois, les modifications étaient révoquées: Wikipédia demandait au Québécois des sources prouvant qu’il était en vie!

L’histoire se termine bien. Wikipédia a réparé l’erreur et protégé la page du malheureux. A l’origine du quiproquo, il semble qu’un des «patrouilleurs» bénévoles de l’encyclopédie, aux prises avec des modifications anonymes, ait oublié de supprimer la fameuse phrase. L’omission qui tue. Ou qui finit par rendre presque célèbre… 

par Vincent Costet