Réservé aux abonnés

Valérie Gianoli: «Ce chômage de 2,8% est aussi le résultat d’une profonde réforme»

Le chômage neuchâtelois n’avait pas été aussi bas depuis vingt ans. Mais surtout, le canton a cessé d’être celui qui affiche le taux le plus élevé du pays. Valérie Gianoli, aux commandes du Service de l’emploi depuis 2016, analyse les raisons de la fin de cette anomalie.
22 juin 2022, 18:00
«Qu’est-ce qui a conduit, après la crise de 2008 et pendant presque quinze ans, à ce que le  chômage moyen soit supérieur à 5% à Neuchâtel?», interroge Valérie Gianoli.

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois