Yann Arthus-Bertrand dans la cité médiévale

06 juin 2009, 04:15

Après «Saint-Ursanne la Fantastique», place à «Saint-Ursanne la Naturelle». L'association Ursinia accueillera Yann Arthus-Bertrand, deux ans après la venue du célèbre illustrateur John Howe. De juin à septembre 2010, le cœur de la cité médiévale battra au rythme du développement durable, dans un cadre habillé par des clichés du photographe. Cette bonne nouvelle console, après l'annulation de la venue cet été de Grzegorz Rosinski, le père de Thorgal. Ce dernier a tout récemment perdu son épouse.

Il n'est pas chose aisée de s'approcher d'un homme qui passe son temps entre deux avions, aux quatre coins du monde. «Nous avons pris les premiers contacts en 2007 déjà», explique Lionel Marchand, président du label culturel du Clos-du-Doubs. «Nous avons dû convaincre sa sœur, Catherine Arthus-Bertrand qui gère l'agence Altitude. A force de discussions et de lettres de recommandations, elle est finalement venue trois jours à Saint-Ursanne au début de l'année et a été séduite.» La venue de son frère était dès lors gagnée.

Exposition gigantesque à travers la ville, avec plus de 100 photographies en grands formats, concerts, projections de documentaires, l'animation sera foisonnante pendant plus de deux mois. Mais comme le photographe est quelqu'un d'exigeant, un concept réalisé par son scénographe et l'association doit encore recevoir son aval. «Nous sommes prévenus, si quelque chose ne lui convient pas, il n'hésitera pas à nous faire revoir les plans», précise Lionel Marchand.

Autre condition: le photographe tient à ce qu'un accent particulier soit mis sur le développement durable. «Pour Yann Artus-Bertrand, simplement exposer des photos ne fait pas grand sens», poursuit l'organisateur. Des débats sont donc prévus, histoire de poursuivre la prise de conscience sur le réchauffement de la planète, sous forme de conférences-littéraires ou de cafés-philo.

«Ce projet résonnera au-delà du canton», estime Lionel Marchand. Non seulement parce que la thématique touche tout le monde, mais aussi parce le personnage est très présent sur la scène mondiale et particulièrement en ce moment, avec la diffusion du film «Home».

Le projet est devisé à un million de francs. Ses organisateurs ne doutent pas de trouver des partenaires publics et privés, «car certains ont déjà manifesté de l'intérêt pour cette manifestation». /dwi

Yann Arthus-Bertrand dans la cité médiévale