Week-end plutôt mitigé pour Val-de-Travers

Après avoir facilement pris la mesure de Köniz II (3-0) samedi, le VBC Val-de-Travers a manqué son rendez-vous face à Cossonay (1-3) hier. Si les Vallonnières sont encore en rodage, elles ne disposent pas de beaucoup de temps pour engranger les points importants.

11 oct. 2010, 08:41

Le nouveau coach de Valtra, Alessandro Lodi, a encore du pain sur la planche. Ce week-end, son équipe bénéficiait d'une double ronde à domicile et d'une occasion en or d'engranger quatre points d'entrée. Les filles ont fait la moitié du boulot en se débarrassant facilement de Köniz II (3-0), mais ont péché face à Cossonay (0-3).

«Köniz II est l'une des plus faibles équipes du groupe, nous avons bien exploité cela», entame Alessandro Lodi. «Nous n'avons rien lâché et joué de manière agressive et précise techniquement.» Les Neuchâteloises ont par contre connu plus de problèmes face à Cossonay. «Nous avons montré nos limites», avoue l'entraîneur italien, «mais il ne faut pas oublier que le groupe n'est au complet que depuis une semaine (réd: avec l'arrivée de dernière minute de Shem Asllanaj).»

Le manque de constance des Vallonnières était criard, hier, au centre sportif du Val-de-Travers. Souvent malmenées en début de set, la capitaine Shirley Rey et ses coéquipières trouvaient les ressources pour relever la tête. C'est ainsi que, dans un troisième set qui ressemblait fort au dernier face aux Vaudoises, Magali Roy s'est mise à offrir des caviars à Lizelle Jackson. L'Américaine, grâce à sa force de frappe, affolait le panneau d'affichage avant que Shirley Rey ne prenne le relais pour offrir la manche de l'espoir aux siennes.

Malgré ces quelques éclairs de génie, les Vallonnières se sont montrées bien trop gentilles et fébriles dans les points capitaux. Multipliant les erreurs, elles ont offert aux Vaudoises leurs premiers points de l'exercice. «C'est une déception», admet Alessandro Lodi. «Cette équipe était à notre portée. Le fait d'avoir commis quinze fautes par set et d'avoir, malgré cela, toujours fini sur des scores serrés en témoigne.»

Le technicien transalpin espère trouver la solution grâce à «une analyse vidéo de manière calme et objective». Bien que certaines joueuses pourraient faire la différence en retrouvant leur meilleur niveau, le coach refuse de leur mettre la pression: «Il y a six joueuses sur le terrain, je préfère ne pas me focaliser sur les prestations individuelles.»

Ce Valtra qui se voulait ambitieux va d'abord chercher son rythme de croisière. «Je ne veux plus qu'on parle de play-off, nous allons prendre les matches les uns après les autres. Désormais, nos mots-clés sont modestie et travail», recadre Alessandro Lodi. Il n'empêche que le délai est court si les Vallonnières veulent éviter un énième tour contre la relégation. «Nous n'avons pas beaucoup de temps, il n'y a que quatorze matches dans le tour de qualification et si nous jouons comme aujourd'hui (réd: hier), nous pouvons perdre contre n'importe qui», s'inquiète le coach.

Dans un championnat aussi équilibré, cela signifie également que le VBC Val-de-Travers peut vaincre n'importe quelle autre équipe. Et pourquoi ne pas commencer par la lanterne rouge, Ruswil, samedi en région lucernoise? /SEG