Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Un premier CD gorgé d'émotions

05 mars 2010, 04:15

Après 20 ans de chant, France Hamel sort son tout premier CD «Dieu que c'est dur d'être une fille». Un album qu'elle vernira dans sa ville d'adoption, La Neuveville, au café-théâtre de la Tour de Rive, demain à 20h30.

Une fois son diplôme de chant en main et un détour par la pop, c'est véritablement vers la chanson que cette artiste tavannoise a souhaité se diriger avec ce premier album. «J'avais envie d'aller dans cette direction au départ, mais ce n'était pas très clair. Je me suis mise à la composition et à l'écriture et il a fallu que je trouve des musiciens à mon écoute!», explique-t-elle.

Désormais, avec «ses» musiciens, Gil Reber, Massimo Bonomo, Patrick Perrier et Renaud de Montmollin, elle accède à ce qu'elle souhaitait: sortir un album qui lui ressemble. «En général j'ai un mot en tête, une phrase ou une idée et je me mets au piano. La musique amène les textes et les mots amènent la musique, par la suite les musiciens ont eu beaucoup à dire. Ils ont tout mis, tout habillé.»

Après le Conservatoire à Neuchâtel puis Delémont, France Hamel a suivi les tournées de Laurence Revey en tant que choriste durant trois ans. Une expérience qui lui a permis d'apprendre le métier sur scène, de chanter dans de grandes salles, de partir en tournée. A côté, elle a monté un cabaret jazzy de Kurt Weill avec ses acolytes Alain Tissot, Claude Rossel et Olivier Nussbaum.

La musique est sa vie puisqu'elle est professeure de chant à l'Ecole de musique du Jura bernois. Mais même si elle adore son métier et ses collaborations avec d'autres artistes, le besoin d'aller plus loin s'est fait ressentir. «C'est mon premier vrai album. Je suis fière, c'est l'aboutissement de 20 ans de chant, une trace qui va rester», s'exclame la chanteuse.

Ses chansons, teintées de jazz et de groove font l'éloge des femmes tantôt amoureuses, tantôt amies ou mères face au temps qui passe.

Pour France Hamel, l'émotion doit transparaître à travers les mots et les sons. Mais le travail ne fait que commencer puisqu'il lui reste à trouver un label et à organiser une tournée. «Je ne veux pas la carrière de Sting mais aller à la rencontre des gens et échanger...» /mlp

Votre publicité ici avec IMPACT_medias