Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Un incendiaire écope de trois ans de prison ferme

Le prévenu, qui avait mis le feu à une maison close, a été qualifié de psychopathe.

10 nov. 2015, 06:58
DATA_ART_9612123

Dangereux et incurable. Tels ont été les mots utilisés par le représentant du Ministère public pour qualifier le prévenu, jugé jeudi dernier par le Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers, à Neuchâtel. Accusé d’avoir incendié par négligence un immeuble qui abrite une maison close dans le chef-lieu, Pierre* a écopé de trois ans de prison ferme – desquels il faut déduire onze mois passés en préventive.

«J’ai repris les termes des experts psychiatres. Il atteint le niveau 39 sur 40 sur l’échelle de la psychopathie. C’est assez exceptionnel», signale le procureur Nicolas Aubert. La psychopathie est un trouble de la personnalité, caractérisé par un comportement antisocial et criminel persistant, souvent violent et accompagné d’un manque de remords. Ce diagnostic ne fait pas loi dans le milieu médical. Toutefois, les justices pénales de nombreux pays utilisent l’échelle de Robert Hare pour mesurer les degrés d’impulsivité et de machiavélisme des personnes...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias