Trois questions à...

12 mai 2009, 09:27

ERIC BALET
Directeur général de Téléverbier, Eric Balet était de passage dans le Val-de-Travers, vendredi, avec une partie de son équipe. Au programme: Feeline et dégustation de bleue.


1 - Que fait une équipe de Téléverbier aussi loin des Alpes valaisannes? Et qu'est-ce qui vous a marqué, ici, au Val-de-Travers?
Nous sommes venus en visite chez le petit frère. Plus sérieusement, nous avons collaboré d'un point de vue technique avec les dirigeants de La Robella pour le renouvellement de leur concession et certaines approches marketing. Nous leur avons, notamment, mis à disposition les premières trottinettes il y a deux ans. Pour ce qui est de la région, j'ai remarqué que les Vallonniers sont autant attachés à l'absinthe que nous aux vaches!

2 - Vous parlez de La Robella comme d'un petit frère et non pas d'un concurrent...
Il y a de la place pour tout le monde, chacun a sa richesse. De plus, nous aimons particulièrement les stations formatrices du Jura. Ce serait une catastrophe pour nous si elles disparaissaient. Les gens de la région ne s'initieraient plus au ski et ne viendraient plus chez nous une fois les pentes du Jura apprivoisées.

3 - Pensez-vous qu'il serait judicieux d'installer des canons à neige dans une station comme La Robella?
Si les températures sont suffisamment basses pour que les canons à neige fonctionnent, les stations n'ont pas le choix, il faut qu'elles en installent pour assurer leur survie. C'est un excellent investissement, il faut juste avoir le courage de le faire. Comme nous sommes complètement tributaires de la neige, nous devons faire en sorte de pouvoir la conserver, voire de pallier aux manques.
En parallèle, c'est très intelligent de la part de La Robella d'avoir développé une attraction pour l'été. Le rendement estival est supérieur, proportionnellement aux investissements consentis. /fno