Tous pour le clocher!

08 sept. 2011, 11:45

«Bravo! Chantez avec le regard intelligent, les enfants!»

Rires dans les rangs des artistes en herbe, ce mardi soir à Cortaillod. Tous reconnaissent la formule magique du chef d'orchestre Yves Senn, qui dirige les filages du spectacle «L'esprit du clocher», à l'affiche ce week-end. Une constellation d'artistes participe à cette production musicale et théâtrale, créée de toutes pièces pour les 400 ans dudit clocher de Cortaillod, à commencer par le Théâtre Entr'acte, créateur du projet; l'Avant-Scène opéra, qui démarre ainsi sa saison toutes cloches sonnantes, ainsi qu'une classe de 5e année. Ils sont une trentaine sur scène: «Musiciens, comédiens, pros, amateurs et même de tout petits bouts de chou... tous ensemble, nous devons arriver à raconter une histoire», relève Alexandre De Marco, comédien au Théâtre Entr'acte. «C'est un beau pari, avec, en plus, tous les aléas du plein air! J'aime ce retour à un théâtre qui laisse la place à l'imprévu.»

Oui, des imprévus, il y en aura, sourit le toujours très zen Yves Senn, directeur de l'Avant-Scène, producteur et homme-orchestre du spectacle: «Mais ici, nous nous souvenons tous qu'avant d'être professionnels, nous avons aussi été des enfants et des amateurs.»

Le diable et ses soudards

Articulée en cinq tableaux, cette comédie écrite et mise en scène par Claude Jean, emmène le public dans un voyage à travers les siècles: de 1611 à 2011, en passant par 1711, 1811 et 1911, chaque scène évoque «l'esprit de l'époque» dans un joyeux mélange de légendes, de réalités historiques et de fables inventées de toutes pièces. On nous parle des fabriques d'indiennes et des Câbles de Cortaillod, on y croise des réformateurs, des révolutionnaires, des encyclopédistes, de truculents villageois, quelques soudards de Napoléon et même le diable en personne.

Interprétée par un quatuor à vent et un violon, la musique chatoyante, mélodique, due à Jean-Claude Guermann, est elle aussi imprégnée des couleurs de chaque siècle.

Pasteure et membre du comité des festivités du 400e, Diane Friedli est littéralement aux anges: «C'est tout à fait exceptionnel qu'un spectacle de cette envergure soit créé autour de l'histoire d'un village!» Mais après tout, le clocher du temple, «réputé pour être le pus haut du canton», dixit Diane Friedli, n'est-il pas emblématique de Cortaillod? Omniprésente sur les gravures et cartes postales, cette flèche effilée qui résiste à tous les vents depuis 400 ans, méritait bien une célébration artistique à la hauteur de sa renommée.

Cortaillod, autour du temple (à l'intérieur en cas de pluie), les 9, 10 et 11 septembre à 20h. Programme des festivités du 400e: www.temple-cortaillod.ch