Novartis rachète Alcon à Nestlé pour 39,3 milliards

Novartis renforce sa position dans les soins oculaires. Le géant pharmaceutique bâlois va progressivement racheter Alcon, leader mondial de l'ophtalmologie, à Nestlé. La transaction lui coûtera 39,3 milliards de francs. Les deux groupes ont signé un accord pour que Novartis rachète la part majoritaire de 77% de Nestlé dans Alcon, ont-ils indiqué hier. L'opération se déroulera en deux temps. D'ici le deuxième semestre, Novartis acquerra tout d'abord le quart de la société américaine pour 11 milliards de francs.

08 avr. 2008, 12:00

Ensuite, le groupe rhénan pourra racheter les 52% restant pour 28 milliards de francs grâce à une option exclusive à exercer entre janvier 2010 et juillet 2011. Au terme de ces étapes, Alcon deviendra une filiale appartenant majoritairement à Novartis, tout en restant une société distincte et indépendante.

Cette acquisition tentait Novartis depuis un moment, a expliqué Daniel Vasella, patron et président du conseil d'administration du groupe. Elle s'inscrit dans une stratégie qui vise les segments en forte croissance du marché de la santé.

Le vieillissement de la population augmente les besoins dans le domaine de l'ophtalmologie et les perspectives de croissance d'Alcon sont bonnes, a estimé Daniel Vasella. La société américaine, acquise par Nestlé en 1978 pour 280 millions de francs, a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 5,6 milliards de francs pour un bénéfice net de 1,6 milliard.

Fondé en 1945 et basé à Fort Worth au Texas, Alcon fournit des équipements médicaux et des médicaments destinés à la chirurgie oculaire, propose une gamme de médicaments spécialisés dans les maladies des yeux et possède un portefeuille de soins pour les lentilles de contact. Cotée à la Bourse de New York, la société emploie 14 500 personnes dans 75 pays.

Novartis est déjà actif dans le domaine des lentilles et des soins pour les yeux à travers sa marque Ciba Vision. Les synergies seront importantes entre les deux sociétés, a estimé Daniel Vasella qui ne craint pas la décision des autorités de la concurrence. Si elles donnent leur aval, la transaction pourrait être conclue avant l'automne.

Novartis va payer la première étape avec ses réserves de liquidités internes et par un financement externe de 5,5 milliards de francs. La trésorerie et un nouvel emprunt assureront la seconde partie. Le produit de la vente permettra à Nestlé de réduire son endettement et de se concentrer dans le domaine de la nutrition, la santé et le bien-être. La vente aura un effet favorable sur le bénéfice par action de Nestlé en 2008, selon le groupe vaudois.

Les activités de Novartis correspondent davantage à celles d'Alcon, relève le président de Nestlé Peter Brabeck dans le communiqué. Cette participation ne constituait pas une portion stratégique du portefeuille et était conservée pour des raisons financières.

Nestlé n'entend en revanche pas revoir sa participation de 26% dans L'Oréal, un contrat liant les deux parties jusqu'en 2009, a rappelé un porte-parole.

Novartis et Nestlé n'en sont pas à leur première transaction: il y a un an, Nestlé rachetait Gerber, l'activité d'aliments pour bébés de Novartis, pour 5,5 milliards de francs. En décembre 2006, il reprenait l'activité Nutrition médicale de Novartis pour 3 milliards de francs. / ats