Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les élèves seront privés d'ACO dès l'été 2009

Après le rabotage des camps de ski, c'est aux ACO de passer à la trappe. Toutes les «Activités complémentaires à option» seront supprimées de la grille horaire des écoles secondaires du canton dès la rentrée 2009. Une décision du Conseil d'Etat que déplorent de nombreux animateurs et enseignants. «Les élèves du canton ont déjà beaucoup perdu avec le rabotage des camps de ski! Je suis convaincue que supprimer les ACO est une mauvaise opération. Ces activités sont essentielles pour un jeune qui se développe, et qui a besoin d'autre chose que du travail scolaire ou intellectuel pour s'épanouir!»

29 janv. 2008, 12:00

Stéphanie Majors Müller anime depuis dix ans l'option «Improvisation théâtrale» pour l'Ecole secondaire régionale de Neuchâtel (ESRN). Le 10 janvier dernier, elle a reçu une lettre de la direction de l'école l'informant que les ACO «seront retirées de la grille horaire dès l'année scolaire 2009-2010».

En clair, les élèves de 7e et de 8e année ne pourront plus accéder gratuitement à la palette d'une quarantaine d'activités sportives, manuelles et culturelles telles que la bijouterie, la chorale ou encore la danse hip-hop.

«C'est une décision antidémocratique», regrette Stéphanie Majors Müller. «Les élèves dont les parents en ont les moyens pourront toujours faire du théâtre ou de la capoeira. Les autres pas forcément...»

Mais pourquoi supprimer ces ACO alors qu'elles remportent justement un grand succès? Parce que le Département cantonal de l'éducation, s'il veut respecter le programme d'harmonisation scolaire en Suisse, est contraint de modifier la grille horaire du secondaire inférieur pour y introduire «notamment des cours d'anglais en section préprofessionnelle».

«La grille horaire n'est pas extensible à l'infini. Il a donc fallu faire des choix. Pour l'ESRN, ce sont 250 périodes qui sont concernées, dispensées par des enseignants et bon nombre de privés», explique Alain Zosso, directeur de l'ESRN. Qui ajoute que «le Département de l'éducation a informé les directions des écoles de sa décision fin décembre».

Du côté des autorités scolaires, c'est silence radio pour l'instant. «L'Etat ne souhaite pas communiquer sur ce sujet avant le 8 février, date d'une conférence de presse», indique Jean-Claude Marguet, chef de l'enseignement obligatoire. Car selon lui, «toutes les décisions ne sont pas encore prises». Il relativise, en précisant qu'«on ne peut pas parler de suppression des ACO, mais de réaménagement».

Le chef de l'enseignement obligatoire n'en dira pas davantage. Pourtant, le secret n'en est plus un: enseignants et animateurs concernés ont d'ores et déjà tous été informés de la fin des ACO pour 2009.

Mais les directions des écoles indiquent que «d'autres activités seront vraisemblablement mises sur pied selon des modalités qui restent à définir».

En fait, chaque collège devrait recevoir une enveloppe pour ces activités, et l'établissement «sera libre d'en faire ce qu'il veut», explique Jean-Michel Messerli, sous-directeur et responsable des ACO au Collège secondaire du Val-de-Travers. «Ce n'est donc pas une affaire d'économies. Mais c'est clair: en retirant les ACO de la grille horaire, on ne pourra plus proposer la même palette d'activités extrascolaires qu'actuellement. Ce qui est regrettable». /VGI

Votre publicité ici avec IMPACT_medias