Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le NUC est fin prêt pour la grande ascension

Vainqueur du groupe ouest de LNB, le NUC aborde le tour final - ce soir à Langenthal (19h30) - sans complexes. Avec l'arrivée de la Canadienne Tara Smart, les Neuchâtelois visent la montée en LNA. «Si nous ne parvenons pas à décrocher la promotion en LNA, ce sera un échec. Tant pour le club que pour moi personnellement.» Alors que tant d'entraîneurs manient la langue de bois, sans doute pour se protéger, Philipp Schütz, lui, assume totalement ses responsabilités. La pression ne l'effraie guère.

19 janv. 2008, 12:00

Alors même que seul le vainqueur du tour final accédera à la catégorie supérieure (le deuxième disputant un barrage contre une équipe de LNA)... La présidente Jo Gutknecht a beau tempérer - «Si nous ne parvenons pas à monter, nous n'allons pas tout remettre en cause. Nous allons essayer à nouveau la saison prochaine» - Philipp Schütz a quitté Val-de-Travers après une promotion épique de 1re ligue en LNB (sans perdre un seul match!) pour relever de nouveaux défis, plus ambitieux.

Il a remporté le groupe ouest de LNB, mais c'est bien l'accès à la catégorie supérieure qui occupe toutes ses pensées. Ainsi, le Fribourgeois ne dramatisait pas après la défaite dans le derby face à Val-de-Travers: «J'ai axé le travail physique en vue du match de Langenthal. Nous devons arriver à notre pic de forme pendant ce tour final.»

L'arrivée de Tara Smart (elle a participé à son premier entraînement jeudi soir) devrait aider les Neuchâteloises à atteindre ce but. En plus d'être une joueuse de grand talent - «Jamais dans l'histoire du NUC nous n'avons pu compter sur une titulaire dans une très bonne équipe nationale», précise Jo Gutknecht - elle est déjà en forme physique puisqu'en décembre elle a participé, avec le Canada, aux qualifications pour les Jeux olympiques. La jeune femme (28 ans) confirme. «Je suis prête à attaquer la compétition», lance-t-elle avec un sourire radieux. «Je suis venue ici car j'ai l'opportunité de découvrir la Suisse tout en jouant au volleyball. Je pense pouvoir apporter un peu de mon expérience pour atteindre l'objectif du club. Mais je suis certaine que j'aurai aussi beaucoup à apprendre.» Modeste, en plus.

«J'espère que par nos résultats nous arriverons à attirer des spectateurs qui ne sont pas dans l'entourage immédiat du club. Nous sommes la seule équipe romande du tour final», reprend Jo Gutknecht.

Ce désir de LNA «s'inscrit dans une progression qui dure depuis plusieurs années», précise la présidente. «Les sponsors sont prêts à nous suivre dans cette aventure.»

En cas de montée, le NUC serait le troisième club de LNA (avec Bienne et Franches-Montagnes) dans un périmètre réduit. «C'est vrai», concède Jo Gutknecht, «mais je pense que la coexistence serait parfaitement possible. En tout cas, nous ne changerions pas la philosophie du club en cas d'ascension. La base resterait nationale, voire régionale. Nous n'aurons jamais recours à six ou huit joueuses étrangères.» Philipp Schütz partage totalement cette vision. «Je suis certain qu'en procédant de la sorte nous aurions les moyens, non pas de jouer les premiers rôles, mais d'être compétitifs avec les équipes de milieu de classement.» Il ne reste «plus qu'à» la décrocher, cette satanée promotion! / ESA

Tour final de LNB. Toutes les équipes partent avec zéro point. Lucerne, NUC, Guin, Aardorf, Glaronia, Langenthal.
Votre publicité ici avec IMPACT_medias