Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le Lunch Max de tous les records

La dixième édition du Lunch Max, le traditionnel gala organisé par Neuchâtel Xamax pour soutenir la formation, a attiré une foule record hier aux Patinoires du Littoral. En plus du repas, succulent, comiques ? Michel Boujenah en tête ? artistes et chanteurs se sont succédé jusqu?au soir. Pour le plus grand plaisir des amis des «rouge et noir». Record battu. 1350 personnes ont participé à la dixième édition du Lunch Max, organisée aux patinoires du Littoral par Neuchâtel Xamax. «Nous jouons à guichets fermés», s?est réjoui le directeur administratif des «rouge et noir», Philippe Salvi. Le précédent record, qui remontait à l?année dernière, était de 1217. «Et encore», a ajouté Philippe Salvi, «nous avons dû refuser une centaine de personnes.»

25 mai 2008, 12:00

Il est également très probable que le bénéfice de l?édition 2007 (134.000 francs) soit dépassé. Il sera totalement reversé à la section juniors du club. Un secteur qui tient particulièrement à c?ur à Sylvio Bernasconi. «Ce n?est qu?à travers la formation que nous pourrons pérenniser le club au plus haut niveau», a rappelé le président xamaxien. «Pour nous, la création d?un centre de formation au Chanet est une priorité. Mais pour le réaliser, nous avons besoin du soutien politique, tant au niveau cantonal que communal.» Les nombreux représentants du monde politique présents auront pris bonne note...

Avant de déguster les plats préparés par Philippe Guignard, les convives ont eu l?occasion d?assister à une remarquable performance de Michel Boujenah. Bien au fait des réalités neuchâteloises, l?humoriste français, qui s?est autoproclamé «transfert de l?année», a proposé un nouveau cri de ralliement pour les supporters xamaxiens: «Flammenküche!» Ce serait, selon l?acteur de «Trois hommes et un couffin», plus efficace que le haka des rugbymen néo-zélandais! A vérifier à la Maladière. Entre les plats, un Jean-Charles Simon parfait en maître de cérémonie a répondu à des coups de fil fictifs qui n?ont pas manqué de déclencher l?hilarité. Chacune de ses interventions était précédée par l?hymne de la Ligue des champions. Peut-être un peu ambitieux pour l?heure...

Franck Bourrellec ? qui assure souvent les premières parties de Djamel Debbouze ? a réalisé, en quelques minutes, grâce à de la peinture blanche sur d?immenses toiles noires, deux portraits de sportifs «neuchâtelois». Si celui de Didier Cuche n?était pas totalement convaincant (le champion de Bugnenets semblait avoir pris un coup de vieux), celui de Pascal Zuberbühler était saisissant de réalisme.

L?ambassadeur du Portugal en Suisse, Eurico Paes, a certainement apprécié. «Nous souhaitons à l?équipe du Portugal de rester à Neuchâtel le plus longtemps possible. Pourquoi pas jusqu?à la finale contre la Suisse?», a affirmé Philippe Salvi. Un souhait irréalisable. Si elles passent toutes deux la phase de groupe, ces sélections ? qui en découdront déjà le 15 juin ? ne pourront se retrouver qu?en demi-finale... Après le repas, place à la musique, avec notamment le groupe I Skarbonari, qu?il sera possible de revoir dimanche 1er juin à Festi?neuch. Un mot enfin sur la tombola, qui a connu un grand succès. Pas étonnant, avec des prix d?une valeur globale supérieure à 50.000 francs... / ESA EMANUELE SARACENO

ENTRE LE HAUT ET LE BAS Sylvio Bernasconi entouré par Sylvie Perrinjaquet et Josette Frésard. (Christian Galley) LES FIDÈLES Gilbert Facchinetti (à droite) avec Terry Wilsher, organisateur des premiers Lunch Max. (Christian Galley)

Votre publicité ici avec IMPACT_medias