Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La liste des atouts des régions pour renforcer l'attractivité du canton de Neuchâtel

Comment faire rayonner davantage le canton de Neuchâtel? Pour répondre à cette question, la liste des atouts respectifs de chacune des quatre grandes régions du canton a été dressée. Ces listes serviront ensuite de fil rouge à des actions à la fois concertées et concrètes. C'est aussi la preuve, si besoin était, que l'Etat, les régions et les communes travaillent ensemble...

12 sept. 2017, 09:43
/ Màj. le 12 sept. 2017 à 11:05
Le Littoral, les Montagnes, le Val-de-Travers et le Val-de-Ruz ont tous des atouts spécifiques.

Valoriser davantage les richesses neuchâteloises et renforcer l'attractivité du canton de Neuchâtel. Tel est le but de la démarche lancée l'année dernière par le Conseil d'Etat et qui vient de trouver son aboutissement sous la forme de quatre accords de positionnement stratégique, correspondant chacun aux quatres grandes régions du canton: Neuchâtel Littoral, Val-de-Ruz, Val-de-Travers et Montagnes neuchâteloises.

Ces accords ont été présentés ce mardi matin en conférence de presse par des représentants du Conseil d'Etat, des communes et du RUN, le Réseau urbain neuchâtelois. Chaque région a dressé la liste de ses "vecteurs de rayonnement", qui font d'elles un lieu unique.

Une liste d'actions en ligne de mire

Au final, il s'agit de "donner un fil rouge de développement commun et concerté entre les régions". Et cela "parce que le canton de Neuchâtel souffre encore d'un déficit d'image et de notoriété. De plus, par sa petite taille géographique et démographique au plan national et international, il se doit d'être uni à l'intérieur pour rayonner à l'extérieur." Sur cette base, "une liste d'actions propres à chaque région sera élaborée".

A noter que les communes de Saint-Blaise et du Landeron n'ont pas ratifié ce document. Elles estiment que "la région de l'Entre-deux-Lacs reste la grande oubliée de cet accord." Elles dénoncent par ailleurs "l'absence d'actes concrets".

Les participants à la conférence ne contestent pas que "tout cela, c'est encore un peu abstrait", comme l'a dit Frédéric Mairy, connseiller communal à Val-de-Travers. "Mais dans l'attente de mesures concrètes, c'est une belle avancée, qui montre que le Conseil d'Etat, les régions et les communes travaillent main dans la main. Ce qu'elles font depuis longtemps et très souvent, même si les médias ont tendance à mettre en exergue les désaccords." 

Votre publicité ici avec IMPACT_medias