Réservé aux abonnés

La liberté de la presse muselée par la justice?

Ce mardi matin, Frédéric Nejad, journaliste à «20 minutes», a été entendu par le Tribunal de police du Littoral et du Val-de-Travers, à Neuchâtel. Dans l’affaire du drame des Verrières, jugée en mars dernier, le Lausannois a révélé un élément du dossier allant contre la requête de la Cour pénale. Le verdict sera rendu le 17 décembre.

03 déc. 2019, 10:05 / Màj. le 03 déc. 2019 à 17:00
Le journaliste lausannois Frédéric Nejad s’est rendu ce mardi matin au Tribunal de police de Neuchâtel, avec son avocat, Kevin Guillet (de gauche à droite).

Le 20 mars dernier, s’est ouvert le procès du double assassinat des Verrières. Un huis clos partiel a été prononcé, n’autorisant que les médias à assister aux débats. Seule condition: ne pas divulguer un élément du dossier pour protéger les proches des victimes, a demandé en début d’audience la présidente du Tribunal criminel du Littoral et du Val-de-Travers.

Mais peu après 11h, l’avocate de la partie plaignante a interpellé la Cour: l’information en ...