Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La fée verte et la Vouivre seront en vedettes sur la TSR

La Télévision suisse romande diffusera, fin décembre, deux documentaires tournés dans le Val-de-Travers, l'un consacré, on s'en doute, à la fée verte, l'autre à la légende de la Vouivre des sources de l'Areuse. Pour une fois, le Val-de-Travers est bien représenté. Pensez! Deux documentaires sur les treize que comporte la série «La Suisse mystérieuse» sont consacrés à la région. L'un se penche sur le mythe de la fée verte alors que l'autre nous conte la légende de l'affreuse Vouivre qui terrorisait les habitants de Saint-Sulpice. La série sera diffusée à parti du 22 décembre.

29 nov. 2007, 12:00

Des paysages secrets sur lesquels flottent des lambeaux de brumes illustrent le commentaire du documentaire de Nicolas Palley consacré à l'absinthe. «Il existe une vallée où les secrets sont bien gardés, où le silence est d'or, où vivait une fée mystérieuse au parfum enivrant.» Le téléspectateur devine la présence de la mythique fée verte au détour d'un bois ou d'une source, sans toutefois jamais l'apercevoir. Puis le Môtisan Pierre-André Delachaux entre en scène et livre ses explications sur les turpitudes historiques de la belle, devenue sorcière accusée de tous les maux après avoir été la muse des peintres et des poètes parisiens. L'histoire, Willy Bovet la connaît bien. Le distillateur de la Valote avoue à l'écran qu'il produisait clandestinement de la bleue et qu'il en aurait même livré à un notable siégeant sous la coupole, à Berne...

Le documentaire sur la vouivre emmène le téléspectateur à Saint-Sulpice, là où l'Areuse surgit des entrailles de la terre. C'est sur les berges de cette rivière que Jacques-André Steudler raconte la légende du terrible dragon à son petit-fils Lucien, venu des États-Unis pour passer ses vacances dans la région. L'aïeul met en garde le gamin au sujet de l'affreuse créature qui crache le feu et pisse le sang: «Avec la Vouivre, il ne faut pas faire l'idiot, car elle est capable de nager, de ramper et même de voler!» Le film, qui dure un petit quart d'heure, explique comment les habitants du village ont finalement réussi à terrasser le monstre.

Pierre-Yves Borgeaud est venu tourner à Saint-Sulpice en août dernier, après avoir passé tout son hiver à repérer les lieux et nouer des contacts. Pourquoi avoir choisi de réaliser un documentaire sur le monstre de Saint-Sulpice? «L'idée du sujet ne vient pas de moi, mais du comité de rédaction de la TSR, qui m'a demandé de faire quelque chose sur la Vouivre», explique le réalisateur. C'est à l'occasion de la préparation de son documentaire, l'hiver dernier, que le vidéaste a rencontré Jacques-André Steudler. «Quand je lui ai demandé à qui il souhaitait le plus raconter la légende de la Vouivre, il m'a répondu, sans hésiter une seconde, à mon petit-fils Lucien. Il nous a donc fallu attendre que le garçon vienne en vacances en Suisse pour pouvoir tourner», se souvient le vidéaste, pour qui voir comment une légende permet de transmettre un lien avec une région de génération en génération fut «une grande découverte». /CKA

Le documentaire sur la fée verte sera diffusé le 29 décembre vers 19 h, celui sur la Vouivre le 31, vers 19h15
Votre publicité ici avec IMPACT_medias