Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'Italie rassure sur le dossier des lignes alpines

14 sept. 2007, 12:00

Les transversales ferroviaires à travers la Suisse sont aussi une priorité pour l'Italie, a affirmé hier à Berne le chef de la diplomatie italienne, Massimo D'Alema. Ce dernier a assuré que Rome consentirait les investissements nécessaires pour les raccordements avec la Péninsule.

Lors d'une conférence de presse commune avec la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey, Massimo D'Alema a «confirmé la volonté d'harmoniser les investissements helvétiques et italiens dans le cadre d'une politique commune».

Reconnaissant qu'il y avait eu des «malentendus» dans ce dossier, le ministre italien des Affaires étrangères a expliqué que des financements pour les infrastructures côté italien avaient déjà été inscrits au budget de l'Etat l'année dernière et que dans le cadre de la discussion sur la prochaine loi financière, les axes du Gothard et du Lötschberg-Simplon seront des «choix prioritaires».

La présidente de la Confédération s'est déclarée «heureuse» d'entendre cette mise au point, alors que des doutes ont été exprimés ces derniers mois sur la capacité de l'Italie à «absorber» le trafic marchandises induit par les Nouvelles lignes ferroviaires alpines (NLFA).

Présent lors des discussions, le conseiller fédéral Moritz Leuenberger a souligné que le nouveau tunnel de base du Lötschberg, qui sera ouvert le 9 décembre, réduira sensiblement les temps de parcours entre la Suisse et le nord de l'Italie et favorisera le transfert du trafic des marchandises de la route au rail. Mais pour que les capacités accrues sur la ligne du Lötschberg puissent être utilisées, des aménagements sont nécessaires, en particulier côté italien. Le ministre des Transports Leuenberger a notamment souligné l'importance du tronçon Domodossola-Novare.

A l'occasion de la visite de Massimo D'Alema, les deux pays ont signé une déclaration visant à intensifier leur coopération, tant au niveau bilatéral que multilatéral.

Par ailleurs, Massimo D'Alema et Micheline Calmy-Rey ont souligné les liens d'amitié qui unissent les deux pays. Une proximité renforcée par la forte communauté italienne dans le pays (500 000 personnes en comptant les double-nationaux), a souligné la cheffe du Département fédéral des affaires étrangères / ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias