Réservé aux abonnés

L'Afghanistan se résout à tourner la page Hamid Karzai

Le scrutin de demain donnera lieu à la première passation de pouvoirs depuis la chute du régime taliban. Malgré une insécurité croissante.
07 août 2015, 13:34
data_art_7942225.jpg

La campagne est terminée. Demain, l'Afghanistan élira un nouveau chef de l'Etat, marquant la première passation de pouvoir depuis la chute du régime taliban. Pendant des mois, les experts prédisaient que le président sortant Hamid Karzai, qui ne peut pas se représenter, ferait tout pour rester au pouvoir. Qu'il modifierait la Constitution ou proclamerait l'état d'urgence. Rien de tout cela. Jusqu'à mercredi, dernier jour de campagne, les candidats ont traversé le pays à la rencontre des électeurs. Les plus fortunés ont fait venir la presse en charter à Kandahar, Khost ou dans la province de Pa...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois