Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

L'addiction au jeu est souvent banalisée

Une psychologue met en garde contre ce "fléau".

05 déc. 2012, 00:01
data_art_6625904.jpg

A l'heure où le monde du sport réglemente sévèrement la publicité pour les cigarettes et les boissons alcoolisées, le développement apparemment sans borne des sociétés de paris sportifs en ligne interpelle. Psychologue et coordinatrice de l'association de prévention Rien ne va plus, basée à Genève, Gwenaëlle Sidibé évoque le danger représenté par ce phénomène.

"Tant du point de vue physiologique que psychologique, l'addiction au jeu présente de grandes similarités avec celles à la nicotine et à l'alcool", souligne Gwenaëlle Sidibé. "Environ 3% des joueurs présentent un profil pathologique. Le problème, c'est que seulement 2% de ceux-ci consultent un professionnel pour se faire aider."

La Fifa, active dans la prévention du tabac depuis la fin des années 1980, se dit "consciente des risques possibles liés au jeu" , une activité qui s'est "développée rapidement ces dernières années dans le sport en général et dans le football en particulier" . Si l'instance...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias