Réservé aux abonnés

«Je ne me sens pas trop perdu, même s’il y a quelques appréhensions», confie Baptiste Hurni

Comment les quatre nouveaux élus neuchâtelois se préparent-ils à vivre leur première session parlementaire à Berne? Quel impact aura leur fonction sur leur quotidien? Pour le socialiste Baptiste Hurni, la fin d’année sera très chargée. Il change aussi de statut professionnel.

26 nov. 2019, 19:00
Le socialiste Baptiste Hurni devant le Centre de loisirs à Neuchâtel, lieu de son premier engagement politique au Parlement des jeunes. Au fond, le château.

«Quand on est conseiller national, on doit pouvoir être totalement indépendant pour gérer son temps en fonction de l’importance des dossiers qu’on doit traiter à Berne», confie le socialiste Baptiste Hurni. «Il est très difficile de dire aujourd’hui si mon mandat à Berne constituera un 50, 60 ou 70%. Ça dépend aussi des commissions dans lesquelles je me retrouverai. Il était quasiment impossible pour moi de rester employé. Il fallait que je puisse devenir associé dans une étud...