Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Israël intensifie ses frappes

L?aviation de l?Etat hébreu a multiplié hier ses bombardements destructeurs, notamment autour de la capitale libanaise où des ponts autoroutiers ont été visés. Des missiles se sont abattus hier soir au nord de Tel-Aviv Au moins 35 personnes ont été tuées hier au Liban, où l'aviation israélienne a accru ses bombardements à travers le pays. Des régions chrétiennes jusque-là épargnées ont été touchées, au lendemain des menaces du Hezbollah libanais de frapper Tel-Aviv.

05 août 2006, 12:00

Dans le raid israélien le plus sanglant, au moins 23 personnes ont été tuées et 30 blessées, en majorité des ouvriers syriens, à Qaa, un village libanais proche de la frontière syrienne. Selon la Défense civile, les missiles israéliens ont touché une chambre frigorifique attenante au bâtiment des douanes. Sept personnes ont été tuées et dix blessées dans un raid aérien contre un immeuble à Taïbé, dans la partie centrale de la zone frontalière entre le Liban et Israël. Cinq autres civils ont été tués dans des raids contre quatre ponts au nord de Beyrouth, alors qu'un soldat libanais a péri au sud de la capitale.

Missiles près de Tel-Aviv

Au 24e jour de ce conflit destructeur ne donnant aucun signe de répit, l'armée israélienne, qui continue son avancée au sud du Liban, a de son côté perdu trois soldats dans des combats avec le Hezbollah dans cette région. Quatre civils ont eux été tués par des tirs de roquettes dans le nord d'Israël.

Au moins deux missiles se sont par ailleurs abattus hier soir, sans faire de victime, sur Hadera, à une quarantaine de km au nord de Tel-Aviv. Cette localité est la plus éloignée jamais atteinte par des tirs provenant du Liban sud.

Mettant à exécution ses menaces d'étendre ses bombardements, l'aviation israélienne a mené plusieurs dizaines de raids, dont certains particulièrement violents, contre le fief du Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth. Tsahal avait auparavant appelé la population à fuir dans des tracts largués par les avions.

A l'est du Liban, l'aviation israélienne a bombardé une centrale électrique qui alimente de nombreuses régions.

Prise de contrôle

L'escalade de l'offensive israélienne au Liban a fait au moins 955 morts, dont plus de trois quarts de civils, depuis son lancement le 12 juillet, selon les autorités libanaises.

Tsahal a reçu l'ordre de se tenir prête pour une «prise de contrôle rapide» du sud du Liban jusqu'au fleuve Litani, situé de 5 à 30 km de la frontière israélienne. Selon l'ONU, l'armée israélienne mène actuellement sept incursions le long de la frontière et les combats y sont intenses.

Résolution «proche»

Environ 10.000 hommes opèrent dans une vingtaine de villages afin d'instaurer une zone de sécurité de 6 à 8 km au nord de la frontière israélienne et de neutraliser les secteurs à partir desquels le Hezbollah continue de tirer des roquettes. Depuis le début du conflit, 43 soldats israéliens ont péri, ainsi que 29 civils dans la chute de plus de 2200 roquettes.

Les efforts diplomatiques se poursuivent dans ce contexte de violence et de surenchère de menaces. Washington affirme qu'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur une trêve est «proche». Le chef de la majorité parlementaire libanaise Saad Hariri a émis l'espoir qu'un cessez-le-feu serait conclu «la semaine prochaine».

Israël affirme toutefois qu'il lui faut encore plusieurs jours pour atteindre son objectif. Le premier ministre israélien Ehud Olmert a indiqué que son pays voulait qu'une force internationale «solide» de 15.000 hommes soit déployée dans le sud du Liban, avant un cessez-le-feu. Le Hezbollah rejette une trêve avant le retrait des soldats israéliens. / ats-afp-reuters

Votre publicité ici avec IMPACT_medias