Icône du luxe, Davidoff lance sa marque de montres

Le nom de Davidoff figure désormais aussi sur des montres. La nouvelle marque horlogère a été lancée lors du dernier salon de Baselworld. Synonyme de luxe et de bon goût à travers le monde entier, le nom de Davidoff s'affichera désormais aussi sur des cadrans de montres. La nouvelle collection a été lancée à l'occasion de Baselworld et s'apprête à rencontrer son public, y compris féminin. Rencontre avec Christian Schaffner, PDG de Zino Davidoff Trading.

15 avr. 2008, 12:00

Pourquoi Davidoff se lance-t-il dans l'horlogerie?

Parce que c'est maintenant le bon moment! Un premier essai de montre Davidoff avait bien été lancé il y a une vingtaine d'années, mais sans aucune suite. Aujourd'hui, nous sommes prêts.

Cela correspond-il à une attente du marché?

Il serait faux de croire que le marché nous attendait... Mais nous disposons d'un excellent capital pour percer: notre nom. Et nous avons développé une gamme horlogère qui lui correspond.

Quelle image est attachée à ce nom?

Notre marque est un symbole de luxe, depuis que Zino Davidoff, petit immigré ukrainien, avait développé et internationalisé le commerce de tabac de son père à Genève. Mais depuis les années 1980, la marque a été scindée en deux entités indépendantes: les cigares Davidoff à Genève, et nous, Zino Davidoff Trading à Bâle, propriétaires de la marque pour tous les autres produits que le tabac. Par le biais de licences, nous avons affiché notre nom sur divers produits de luxe, comme la maroquinerie, le cognac, le café ou les parfums. Mais désormais, nous voulons reprendre le contrôle de la marque, distribuer nous-mêmes certains produits et en créer de nouveaux. Comme les stylos ou les montres justement.

Décrivez-les nous.

La gamme se nomme «Very Zino». Il s'agit de plusieurs modèles hommes, en acier, à mouvements automatiques. Il existe aussi un chrono sur cette base, ainsi qu'une déclinaison féminine, plus petite, à mouvement quartz et disponible aussi sertie de diamants. Pour la marque Davidoff, plutôt connotée masculine, c'est une ouverture vers la femme. Mais il est vrai que de nos jours, les genres se confondent: beaucoup de femmes portent des montres d'hommes. Tous les modèles de la gamme ont la même identité avec une forme de boîte en ellipse, avec des cornes évidées.

Une forme qui rappelle une bague de cigare?

Ce n'est pas l'effet recherché. Nous y avons plutôt vu le rappel de notre logo, deux «D» majuscules adossés qui forment un ovale. Le design des montres a été confié à un designer français réputé dans le monde de la joaillerie. La fabrication est confiée à une manufacture indépendante suisse.

Comment cette nouvelle marque a été perçue durant Baselworld?

C'est très positif, on peut le dire. Nous sommes là où nous voulions être. Et maintenant, nous avons planifié un lancement global dans le monde entier simultanément. Avec notre nom, on peut se le permettre. / PDL