Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Grèves monstres dans la fonction publique

25 avr. 2008, 12:00

Des milliers d'écoles britanniques ont été affectées hier par la grève menée par quelque 300 000 enseignants réclamant des augmentations de salaires. Cette journée de mobilisation du service public était sans précédent depuis plus de dix ans. Des centres de recherche d'emploi, d'immigration ou d'apprentissage de la conduite, des agences de garde-côtes et divers organismes gouvernementaux ont également été frappés par ce mouvement, qui a mobilisé environ 400 000 personnes au total.

Quelque 9500 écoles d'Angleterre et du Pays de Galles, soit un tiers des établissements, ont été partiellement ou totalement fermées. Environ 2,9 millions d'élèves étaient concernés. Il s'agit de la première grève des membres de l'Union nationale des enseignants (Nut) depuis 21 ans en Angleterre et au Pays de Galles. Plus d'une cinquantaine de manifestations se sont tenues tout au long de la journée à travers le pays. Près de 6000 enseignants et autres employés du service public ont ainsi défilé dans le quartier de Westminster à Londres, selon la police.

Les grévistes protestent contre des hausses salariales inférieures à l'inflation. A Londres, ils brandissaient des pancartes traitant le premier ministre Gordon Brown de «clown» et l'accusant de vouloir «couler» le système éducatif. Gordon Brown a qualifié la grève de «regrettable et injustifiable» et estimé qu'elle avait été convoquée à l'appel d'une «minorité». Christine Blower, secrétaire générale adjoint du Nut a rétorqué que la grève était une action de «dernier recours», après plusieurs années de hausses salariales inférieures à l'inflation.

Dans un accord triennal, le gouvernement propose une augmentation salariale annuelle de 2,45% à partir de septembre puis de 2,3% les années suivantes.

Cette grève intervient au moment où le parti travailliste est au plus bas dans les sondages. Mercredi, Gordon Brown a annoncé en urgence des compensations à une mesure fiscale contestée pour désamorcer une fronde des élus travaillistes, qui menaçaient de mettre le gouvernement en minorité lors d'un vote aux Communes sur le budget lundi prochain.

Le Nut n'a pas exclu la poursuite du mouvement dans les prochaines semaines, alors que les examens pour le GCSE, l'équivalent du Brevet des collèges, doivent débuter en mai. / ats-afp-reuters

Votre publicité ici avec IMPACT_medias