Une Vallonnière aux mondiaux de bras de fer à Las Vegas

La Vallonnière Catherine Zmoos s'envolera, samedi, pour Las Vegas, où elle participera aux championnats du monde de bras de fer. Rencontre avec une jeune femme devenue ferriste un peu malgré elle, qui brise les clichés entourant son sport de prédilection.

01 déc. 2010, 05:15

En 1993, Catherine Zmoos a été inscrite à son insu par un ami à un concours qui se déroulait à la Fleurisia, et contre toute attente l'a remporté. Mais contrairement à toutes les histoires du genre, ce n'est pas avec une couronne de miss que la jeune femme, alors âgée de 19 ans, est repartie, mais avec une qualification pour les championnats cantonaux de bras de fer.

Depuis lors, elle fait partie de l'élite suisse et samedi, elle s'envolera pour Las Vegas, avec 28 autres athlètes de la Fédération suisse de bras de fer, qu'elle préside, afin de disputer les championnats du monde de la discipline.

«Ce fameux week-end de 1993, des copains avaient prévu d'assister à ce concours de bras de fer et je les ai accompagnés. A un moment, on m'a appelée sur scène et je n'ai pas vraiment pu refuser. Au final, j'ai gagné et comme il s'agissait d'une manche de qualification pour les championnats cantonaux, je me suis sentie un peu obligée de continuer.»

Approchée par un club du canton, elle commence à s'entraîner et, un mois après sa première prestation à Fleurier, elle remporte le titre cantonal. La Vallonnière croche, enchaîne ensuite les compétitions et conquiert plusieurs titres nationaux. Cette année, pour la première fois depuis longtemps, elle n'a terminé qu'au second rang des championnats suisses. «Etonnamment, ça me fait plaisir», sourit Catherine Zmoos. «A 36 ans, je suis contente de voir enfin des jeunes me battre, ça prouve qu'il y a de la relève. D'autant que sur les 120 ferristes licenciés en Suisse, nous ne sommes qu'une douzaine de femmes.»

La ferriste tient à relever que son sport de prédilection a bien évolué au cours de ces dernières années. «Ce n'est pas un ghetto de gros bras écervelés, les passionnés de bras de fer sont issus de tous les milieux sociaux et de toutes les classes d'âge. Nous formons les jeunes dès 14-15 ans et l'aîné des licenciés a 72 ans», note la jeune femme, qui a fondé un club au Val-de-Travers en 2001, afin d'entraîner la relève.

Catherine Zmoos se mesurera à l'élite mondiale samedi 11 décembre, après avoir passé quelques heures au sauna afin de perdre les trois kilos de trop qui la propulsent dans une catégorie de poids supérieure. /FNO