Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Toujours dans le peloton de tête du BCN Tour

Le vététiste vaudruzien, Christophe Geiser, est également très à l'aise baskets aux pieds.

18 mai 2017, 00:40
/ Màj. le 18 mai 2017 à 09:12
DATA_ART_11204903

«Je suis un vététiste qui a besoin de changement.» Mais n’allez pas croire que Christophe Geiser a lâché son guidon, loin de là. Le Vaudruzien avait simplement besoin de relever un nouveau défi. Même si d’aucuns pourraient voir en lui le «Poulidor» du VTT, on rappelle qu’il a remporté une fois Hérémence-Grimentz, l’a terminé une fois deuxième et compte deux titres romands, notamment.

Et la course à pied ne lui est pas inconnue. «J’ai déjà couru le BCN Tour en entier, en 2000 quand j’étais encore chez les Kids. Mais je suis venu au VTT par la course à pied. Dans le cadre du ski club, quand j’étais jeune, on voyait les plus grands partir à l’entraînement à vélo et nous, nous devions courir. C’est ce qui m’a donné envie de faire du VTT.»

"J'ai une bonne 'caisse'"

Si Christophe Geiser n’a pas déposé le vélo, cela ne l’empêche pas de briller baskets aux pieds. Actuel septième du général, le citoyen de Chézard aligne les courses dans les deux disciplines. Avec plaisir, toujours, avec réussite, parcimonieusement cette année, mais surtout avec une étonnante dextérité. «Je savais que sur une étape, je serais capable d’être bien. J’ai une bonne ‘caisse’», rigole-t-il. «Je suis surtout surpris de la manière avec laquelle je récupère. Bon, je fais attention, comme je ne l’ai jamais fait», note encore Christophe Geiser avec malice.

Car le Vaudruzien court en VTT la majorité des week-ends. «J’ai été malade sur la première Garmin (qu’il a gagnée l’an passé en Masters, 2e toutes catégories), j’ai crevé lors de la deuxième. Sur le BCN Tour, je ne pensais pas être à ce niveau après quatre étapes. Je ne fais pas une fixation sur un rang précis. Je sais que le sixième n’est pas très loin, mais les deux autres derrière ne le sont pas non plus. Je me prends au jeu.»

Une marge de progression

Un jeu qui a le mérite de le titiller. «J’ai tout gagné en VTT l’an dernier dans ma catégorie. Depuis deux ans, je suis dans l’équipe Masters du team Prof Raiffeisen. J’ai donc un peu moins d’obligations et cela me va bien. J’ai un autre rythme et du temps pour faire d’autres choses à côté, et pas que du sport», reprend-il.

Sportif complet, Christophe Geiser possède des aptitudes qui lui permettent de bien figurer. «Je cours deux fois 20 à 30 minutes par semaine, sinon je roule. Mais ce qui me plaît dans la course à pied, c’est que j’ai une marge de progression. Pour le VTT, je prends de l’âge, la Trans part vite et ce sera difficile, et j’ai passé la période de mon meilleur niveau.»

Suffisant pour en faire un candidat du classement combiné entre les deux boucles cantonales. «Ce n’est pas un but», termine Christophe Geiser, qui n’est pas là pour se mettre en avant. Un exemple d’humilité, et de polyvalence.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias