Reprise de la patinoire "vraiment limite sur le long terme"

Le référendum sur la vente de la patinoire de Fleurier se termine ce mercredi. Nous avons demandé au directeur de la patinoire de Saignelégier comment il jugeait le projet de reprise fleurisan.

10 avr. 2015, 18:05
La patinoire de Belle-Roche pourrait faire l'objet d'un partenariat entre commune et club de hockey.

Alors que le délai référendaire pour la vente de la patinoire de Fleurier se termine mercredi, André Willemin, directeur du Centre de loisirs des Franches-Montagnes et donc à la tête de la patinoire de Saignelégier, émet quelques réserves sur la viabilité économique du projet de reprise de la patinoire de Fleurier par une société issue du club de hockey. 

«Oui, on arrive bien à vendre du temps de glace en août et en septembre, mais cela reste une courte période dans l’année», note-t-il. Même avec la subvention annuelle de 300 000 fr. que toucherait CPF SA, André Willemin est mitigé. «Avec un chiffre d’affaires de 180 000 fr. de location, ce qui est plutôt large, on arrive à tourner. Mais il faut tenir compte des investissements à long terme, telles que les rénovations ou la machinerie, et faire des réserves. Avec ça, ça devient vraiment limite.» 

Retrouvez ce samedi les 10 questions que nous avons posées aux référendaires et aux porteurs du projet dans L'Express.